Pourquoi le Moyen-Orient rime-t-il avec le chaos?


 « La civilisation est comme une mince couche de glace sur un océan profond de chaos et de ténèbres ».

En décembre 2010, les Arabes, affolés par les régimes patriarcaux et tribaux corrompus qui les gouvernaient depuis l’indépendance, sont descendus dans la rue pour exprimer leur mécontentement et demander la démocratie. Initialement, personne ne croyait qu’un tel mouvement renverserait des dictatures bien enracinées. Mais la colère grandit rapidement et devint un véritable tsunami qui emporta les dictateurs au pouvoir et la léthargie proverbiale de la société arabe.

Les médias ont rapidement qualifié les soulèvements successifs de « Printemps arabe », mais hélas, cela est vite devenu un simple vœu pieux alors que la contre-révolution, la guerre civile et le chaos commençaient à se substituer à la démocratie et à la liberté tant souhaitées. De nombreux pays du Moyen-Orient ont mal tourné au lieu de prendre un nouveau départ dans le renforcement du pouvoir démocratique national.

Chaos créatif ou constructif ?

Le chaos s’installe au Moyen-Orient à la suite de l’échec du soi-disant Printemps arabe et il commence à prendre de l’ampleur. Cependant, on peut se demander, à juste titre, que le chaos en question, provoqué par les sections nationales des multinationales terroristes Da’ech et al-Qaïda et par des extrémistes de différentes couleurs islamiques, n’est pas le chaos prophétisé ni semé par le président Bush, Jr. et Condoleezza Rice après la chute de l’Irak de Saddam ?

Al-Qaïda qui avait été ressenti par les soulèvements arabes il y a trois ans et décapité par l’armée américaine lors de la liquidation de son leader charismatique Ben Laden. Une opération audacieuse exécutée par les Navy Seals à Abbotabbad (Pakistan) le 2 mai 2011.  

Al-Qaïda revient avec la promesse de plus de morts et de chaos dans la région secondé dans cette tâche morbide par une organisation plus sanguinaire, entre autres Da’ech. Ben Laden est peut-être mort, mais la philosophie nihiliste du mouvement est toujours vivante et dynamique.

Al-Qaïda et Da’ech ne veulent pas d’un Moyen-Orient démocratique, car cela signifierait leur disparition, puisqu’ils s’agissent d’une absurdité théocratique et non de mouvements démocratiques. C’est des bêtes sans visage qui vivent du chaos et qui possèdent des cellules dormantes dans cette partie du globe ainsi que de nombreux sympathisants et adeptes dans le monde entier.

Pendant le déroulement des soulèvements arabes, al-Qaïda était totalement absente de la scène. De nombreux commentateurs pensaient que c’était une chose du passé, en particulier après la décapitation de son leader par le gouvernement américain. Mais comme le sphinx mythique, qui renaît de ses cendres, fort et plus dangereux que jamais, car il se nourrit de chaos et le Moyen-Orient est dans la poignée de chaos en ce moment, al-Qaeda est revenue à la vie plus agressive par le biais de Daech.

Comment le chaos est-il arrivé dans la région ?

En fait, de nombreux analystes estiment que le chaos est arrivé dans la région lorsque le marchand de légumes tunisien Bouazizi s’est immolé par le feu, provoquant ainsi des soulèvements arabes, mais la vérité est que la porte du chaos a été ouverte par l’invasion de Koweït par le dictateur panarabe et leader mégalomane Saddam Hussein. Au sommet de sa carrière, après la guerre avec l’Iran, il était convaincu qu’il pouvait tout faire et s’en tirer à bon compte. Devant tant d’argent au Koweït et qu’il n’était pas prêt à rembourser, il décida de voler le banque nommée Koweït et régler le problème une fois pour toutes. Il ne faut pas oublier, toutefois, que l’Amérique officielle, d’après plusieurs analystes politiques, l’a encouragé indirectement dans la réalisation de son rêve hégémonique à la suite de son entretien avec l’ambassadrice April Glaspie le 25 juillet 1990 une semaine avant l’invasion de Koweit.

Guerres destructrices au Moyen-Orient. 

Donc, le 2 août 1990, il a fait entrer son armée au Koweït prétendant qu’il faisait partie de l’Irak avant l’arrivée du colonialisme britannique. Le Brunéi Darussalam est un pays similaire situé en Asie du Sud-est. La création de ce petit état par les Anglais en le découpant du territoire national malaisien avait pour but de profiter pleinement du pétrole de ce territoire sans crainte.

En envahissant le Koweït et en volant ses richesses, Saddam Hussein a ouvert par inadvertance les portes de l’enfer sur la région. Craignant le fait que son acte dans ce petit pays l’enhardisse, il envahirait l’Arabie saoudite et le reste des États du Golfe ; l’Occident s’attendait au pire et a commencé à se préparer pour contrer ses mouvements.

Si Saddam avait réussi à contrôler les États du Golfe, il aurait contrôlé le pétrole et les routes du pétrole et le flux de cet important produit nécessaire au monde entier et en particulier aux pays développés dont les économies sont fortement tributaires. Si tel était le cas, le monde serait revenu en récession comme en 1973, lorsque les pays arabes avaient imposé un embargo sur le pétrole à l’Occident après la guerre de Ramadan du 6 au 24 octobre 1973 de certains états arabes contre Israël.

La guerre du Golfe (1990 - 1991) - 1L - Etude de cas Histoire ...
Guerre américaine contre Saddam

Pour éviter que cela ne se reproduise, l’Occident a rapidement pris des mesures pour mettre fin à la menace que Saddam représente pour ses intérêts et pour la sécurité des pays amis de la région. L’Amérique, armée des résolutions des Nations Unies, a constitué une vaste coalition de 34 pays pour libérer le Koweït. La guerre du Golfe I, baptisée code Opération Desert Storm, s’est déroulée du 17 janvier au 28 février 1991 et la coalition a rapidement atteint les objectifs déclarés de cette campagne. L’armée irakienne a été vaincue et expulsée du Koweït et la porte de l’enfer et du chaos dans la région a été grande ouverte.

Alors que la plupart des armées de la coalition sont rentrées chez elles après avoir achevé la mission assignée, les troupes américaines sont restées dans la région pour protéger leurs alliés et la question sans réponse est restée sans réponse : pourquoi le président Bush père n’a-t-il pas ordonné aux troupes américaines de se lancer à la poursuite du Soldats irakiens vaincus ? La réponse est qu’un tel projet est un autre épisode pour lequel les États-Unis avaient un programme différent. Cependant, les Américains ont encore, indirectement, encouragé les chiites à se soulever contre Saddam comme ils l’ont fait dans les provinces du sud, mais leur révolte a été anéantie. Il semble que les Américains, lorsqu’ils encourageaient une telle démarche, avaient deux choses à l’esprit : mieux connaître la psychologie démoniaque de Saddam, ils devaient également faire en sorte que Saddam reprenne confiance en son pouvoir après la défaite et renforçait également l’hostilité des chiites à son égard et les utiliser, par la suite, de manière appropriée dans le deuxième épisode de l’assaut sur son règne pour se débarrasser de lui.

À la suite de cet épisode sanglant, les chiites sont devenus la cinquième colonne des Américains grâce auxquels ils prépareraient le dernier assaut contre Saddam Hussein et son expulsion du pouvoir à jamais. Le rôle des chiites n’était pas seulement d’aider les Américains dans leurs projets, mais également de diriger le pays après la chute de Saddam, sachant qu’ils sont numériquement majoritaires dans le pays et ont toujours été dirigés par une minorité sunnite.

Aujourd’hui, l’Irak et les chiites irakiens sont instrumentalisés par l’Iran de Khameini contre l’Amérique de Trump qui aspire comme Saddam à devenir la puissance, mais cette fois nucléaire, du Moyen Orient. On dirait que l’histoire se répète et on se demande est ce que l’Amérique entrera en guerre encore une fois au Moyen Orient, mais cette fois-ci contre l’Iran.

Guerres américaines dans le Golfe : contrôle des puits de pétrole

Dans l’intervalle qui a précédé la deuxième guerre du Golfe en 2003, les chiites ont aidé les services de renseignement américains à se préparer pour ce dernier chapitre de la guerre contre Saddam. Ils ont joué un rôle déterminant dans la collecte de données militaires et civiles à l’usage des Américains et dans l’entraînement de leurs troupes à accéder au pouvoir et à instaurer le chaos dans la région.

Le chaos dans l’Irak post-Saddam

Après le renversement de Saddam, le pouvoir a été offert constitutionnellement, sur un plateau d’argent, aux chiites en Irak en récompense des services rendus, mais d’autre part, les Américains ont indirectement sanctionné les sunnites pour leur soutien au dictateur irakien. Réalisant soudain qu’ils sont une minorité, ces derniers manifestent ouvertement leur inimitié envers les Américains et résistent à leur plan directeur visant à démembrer l’Irak dans une optique sectaire.

L’insurrection sunnite a débuté en 2003 et a atteint son apogée avec la résistance de Falloudjah aux troupes américaines en 2004 qui a été anéantie et qui s’est poursuivie avec Abou Moussab Zarqaoui, l’émir d’al-Qaïda qui a compliqué la donne pour Américains avant qu’il ne soit éliminé par une frappe de drone américain.

Le chaos va rester en Irak pendant plusieurs décennies. C’est dans le nord que se trouvent les Kurdes Peshmerga, mais également dans le centre de l’Iraq sunnite et dans le sud de l’Iraq chiite. Le chaos règne en maître en raison de l’inimitié entre sunnites et chiites qui pourrait provoquer une guerre sectaire qui engloutirait à tout moment tout le Moyen-Orient. 

Le chaos va aussi prospérer longtemps en Irak grâce aux actions de groupes terroristes, de partis politiques et du gouvernement lui-même car il y a tant de conflits entre les différents opposants et très peu de disposition à l’égard de consentement nationale, de pardon et d’unité. Dernier point, le chaos va prospérer dans ce pays à cause du conflit sectaire en Syrie, qui ne semble pas d’arrêter bientôt. 

Pour Allen Pizzey de CBS News, le chaos d’origine djihadiste se propage au Moyen-Orient en général et en Irak en particulier, et rien ne pourra l’arrêter, du moins pour le moment :

« En Irak, le gouvernement perd beaucoup de terrain au profit des militants d’Al-Qaïda. Dimanche, les combats dans la province d’Anbar ont tué 22 soldats irakiens et 12 civils. Cela se produit alors que la guerre civile en Syrie se répand au Liban. 

Le chaos persistant au Moyen-Orient crée ce que la nature déteste et ce que des fanatiques aiment : un vide de pouvoir. 

Des hommes armés affiliés à Al-Qaïda ont envahi les rues de Falloujah, ce qui a entraîné une résurgence de la guerre civile déclenchée par l’invasion de l’Iraq par les États-Unis.

Dans ce qui semble maintenant être un effort gaspillé, plus de 100 Marines américains ont perdu la vie à Falloujah en 2004 dans une lutte pour chasser les militants et céder le contrôle aux chiites qui dirigent maintenant l’Irak. 

Aujourd’hui, les États-Unis n’ont aucun autre moyen de pression que le gouvernement irakien.

Le secrétaire d’État John Kerry, embourbé dans l’accord de paix israélo-palestinien, de plus en plus problématique, a offert un soutien moral aux Irakiens. 

« Nous n’envisageons pas de mettre des bottes sur le sol. C’est leur combat, mais nous allons les aider dans leur combat », a déclaré Kerry. C’est un combat qui dépasse le cadre de l’Irak.  » 

Chaos en Syrie

Le mécontentement syrien a commencé le 15 mars 2011, à la suite des soulèvements arabes qualifiés de printemps arabe. Initialement, les manifestants ont exigé plus de liberté et de démocratie de la part de la minorité chi’ite alaouite représentée par le parti Ba’th de Bachar al-Assad. Le gouvernement a réagi violemment en tuant des dizaines de manifestants et en avril, il est devenu un mouvement de révolte à l’échelle nationale.

D’un mouvement de protestation a un soulèvement militaire et un rejet politique du régime d’Assad qui s’est transformé en guerre civile. La coalition d’opposition composée d’une myriade de groupes politiques a opposé une résistance militaire. Initialement, la résistance avait remporté de nombreuses victoires grâce au soutien de l’Arabie saoudite et de l’Occident. Lorsque tout le monde pensait que le régime d’Assad était sur le point de tomber, les Russes ont apporté une aide militaire à Assad en 2013, car sa disparition signifierait pour Moscou la fin de sa présence au Moyen-Orient. Cette aide bien nécessaire est arrivée au bon moment pour donner un répit au régime.

Selon les Nations Unies, le nombre de morts aurait dépassé les 100 000 en juin 2013 et atteint 120 000 en septembre 2013. En outre, des dizaines de milliers de manifestants, d’étudiants, de militants libéraux et de défenseurs des droits de l’homme ont été emprisonnés. Et il y aurait des cas de torture et de terreur répandus dans les prisons d’État.

Chaos en Egypte : les islamistes prennent la malheureuse voie de la violence

La révolution égyptienne est sans aucun doute l’épisode le plus dramatique du soi-disant Printemps arabe. C’est presque comme les célèbres telenovelas égyptiennes qui sont projetées par la plupart des télévisions arabes lors de leur sortie, qui sont des fictions contenant de l’amour, des larmes de haine et de la vengeance.

Mohamed Morsi: Egypt's martyr of freedom, democracy
Morsi, “Président islamiste martyr“

La révolution égyptienne ou les révolutions ont été décrites dans une lettre d’opinion du célèbre journaliste américain Thomas L. Friedman :

« Si vous recherchez un bon côté des choses dans ce qui se passe en Égypte aujourd’hui, je vous propose de monter 30 000 mètres et de baisser les yeux. De cette distance, les événements survenus en Égypte au cours des deux dernières années et demie ont presque un sens. L’Égypte a connu trois révolutions depuis le début de l’année 2011, et lorsque vous les additionnez toutes, vous pouvez discerner un message sur ce que la majorité des Égyptiens recherchent. La première révolution a été le peuple égyptien et l’armée égyptienne renversant le président Hosni Moubarak et installant l’ancien ministre de la Défense, le vieillissant maréchal Mohamed Hussein Tantawi, au poste de chef de l’État. Tantawi et ses collègues se sont montrés totalement incompétents dans la gestion de la nation et ont été remplacés, par une élection révolutionnaire, par le parti des Frères Musulmans, dirigé par le Président Mohamed Morsi. Il a rapidement tenté de consolider le pouvoir en décapitant les militaires et en installant des sympathisants de la Fraternité à des postes importants. Son style autocratique, non inclus et son leadership économique défaillant ont effrayé le centre égyptien, qui s’est allié le mois dernier à une nouvelle génération d’officiers de l’armée pour une troisième révolution visant à renverser Morsi et la Frères Musulmans.  Pour le dire plus simplement : la première révolution de l’Égypte consistait à éliminer la main morte, la deuxième révolution consistait à éliminer les impasses et la troisième révolution consistait à sortir de l’impasse. « 

Il semble que les Égyptiens ne sachent pas ce qu’ils veulent vraiment. Tout d’abord, ils sont descendus dans les rues de manière très responsable pour faire tomber la dictature de Moubarak et sa clique. Son état policier s’est rapidement effondré. Réalisant que le dictateur était condamné, l’armée refusa l’ordre de tirer sur les manifestants et s’allia opportunément au peuple, pensant à son image et à l’avenir, sachant que cette institution a toujours été un acteur clé de la politique égyptienne depuis l’indépendance.

Troubles en Egypte après Moubarek

Moubarak a été renversé ; l’armée a joué le rôle du gentil gars et s’est emparée du pouvoir pour protéger le peuple et l’état et servir de gouvernement intérimaire pour préparer des élections législatives et présidentielles libres.

L’homme de la rue a donné le feu vert à l’armée pour sécuriser l’état et les élections, mais les Frères musulmans considéraient l’armée avec beaucoup de méfiance. C’est le cas de tous les mouvements islamistes du monde arabe, car ils estiment qu’une telle institution est le repaire des laïcs, ennemis de leur grand dessein islamique dans la région.

L’armée a organisé les élections législatives, puis les élections présidentielles qui ont amené Morsi au bureau du président. La Fraternité enhardie par deux victoires successives s’est présentée comme un dépositaire de la volonté du peuple de créer un état islamique malgré la présence d’un ennemi mortel, c’est-à-dire l’armée qui est l’alliée des Américains et des Israéliens. Néanmoins, les Frères avaient un plan à long terme visant à ré-islamiser le pays et l’état et à créer une république islamique semblable à celle de l’Iran, même dans sa composante militaire.

Une fois au siège du président, Morsi s’apprêta à purger l’armée de l’ancienne garde Moubarak. Ses conseillers ont suggéré de placer Sissi au poste du chef de l’armée, affirmant qu’il était docile et manquait d’ambition ardente de la part des autres généraux de l’armée. Cependant, le rêve de Morsi et des Frères était de disposer de leur propre armée, copie du Garde révolutionnaire iranienne, afin de protéger leur révolution et de surveiller de près l’armée.

Les frères Musulmans auraient pu atteindre ses objectifs si Morsi avait procédé progressivement et avec précaution, mais malheureusement pour lui, il est parti rapidement. Sa principale erreur meurtrière a été l’imposition de la constitution islamique, prélude logique à l’état islamique dans lequel les frères Musulmans joueraient un rôle clé.

Ghanouchi, le guide du parti islamiste tunisien d’Ennahda, s’est montré plus intelligent en présentant une constitution sans références religieuses qui a été saluée par la majorité des Tunisiens et en enjoignant à son peuple de remettre le gouvernement à un groupe de technocrates pour se préparer aux législatives et élections présidentielles, il souhaite gagner à nouveau. Il se pourrait que le mouvement intelligent de Ghanouchi soit le résultat de son expérience de vie en Grande-Bretagne, lorsqu’il était en exil.

Craignant que l’Égypte devienne islamique, à l’instar des Frères musulmans et menaçant la stabilité de toute la région, les États-Unis, l’Arabie saoudite et Israël ont appelé l’armée à prendre le pouvoir. Les laïcs, à l’instigation de l’armée, ont fait circuler une pétition surnommée « révolte », les partisans de l’initiative sont descendus dans les rues, appelant l’armée à prendre le pouvoir. Cette dernière a ainsi renversé Morsi et pris le contrôle de l’état.

Pendant des semaines, les sympathisants de Morsi ont manifesté sur la place Rabi’a ‘Adawiyya pour réclamer ce qu’ils appelaient le retour à la légalité, mais en vain, après des semaines de sit-in ininterrompu, l’armée a accusé les islamistes d’en tuer des dizaines d’Egyptiens. Ce fut l’allumette qui a enflammé baril de poudre de chaos en Egypte.

Aujourd’hui, les Frères musulmans ont malheureusement emprunté un chemin différent de celui de la terreur. Cela plongera l’Égypte dans des années de chaos et d’instabilité et le pays perdra énormément dans cette aventure : investissements, entreprises, tourisme, dirigeants arabes et ne gagneront rien. Cependant, les choses pourraient aller dans le sens inverse si les deux parties, par souci de stabilité, auraient pu accepter de partager le pouvoir. 

Chaos en Libye

Chaos en Libye : pourquoi la situation est explosive - Le Parisien
Milices libyennes

La Libye, en quelques mois, est passée de la dictature d’un dirigeant panarabe mégalomane à la dictature de milices, majoritairement islamiques et peut-être avec des chefs mégalomanes. Ce qui s’est passé en réalité, c’est que l’État libyen, craint pour son imprévisibilité et que des millions de dollars soient consacrés à toutes sortes de causes dans le monde entier se sont soudainement transformés en tribus, ce qui signifie que ce pays finira par se diviser en plusieurs provinces. Ce sera peut-être le premier pays à passer d’un pays proprement dit à un pays tribal.

Le régime chaotique des milices en Libye

En Libye, il existe un gouvernement qui a, sur le papier, une police et une armée, mais ce gouvernement n’existe qu’à Tripoli, en dehors de la capitale, le pays est dirigé par les milices. En réalité, l’exemple libyen est très proche de l’expérience somalienne. Si le gouvernement ne parvient pas dans les mois à venir à affirmer son pouvoir sur tout le territoire libyen, le pays deviendra de facto la Somalie II, dans la région. En principe, la Libye est déjà une autre Somalie, les milices, dans certaines régions du pays, vendent déjà du pétrole à des sociétés étrangères et en empochent l’argent pour l’utiliser à leurs propres besoins. Bientôt, ces milices, si elles ne l’ont pas déjà fait, auront leur propre gouvernement qui contestera les décisions du gouvernement de Tripoli.

La Libye post-Kadhafi est déterminée à devenir trois pays ou plus, si rien n’est fait du gouvernement papetier de Tripoli. Les indicateurs montrent qu’il se fragmente lentement dans trois pays : Cyrenaica, Tripolitania et Fezzan. La seule initiative audacieuse qui pourrait finalement renverser cette motion est la création d’un gouvernement fédéral qui déléguerait les affaires intérieures aux administrations locales. La classe politique libyenne va-t-elle opter pour cela ou aller dans le sens d’une fragmentation irréversible ?

La Somalisation menace les pays du Printemps arabe

En conclusion, on peut dire que le Printemps arabe a mal tourné ou tourne mal, au lieu de mettre en place la démocratie et la justice sociale ; cela déclenche la fragmentation de pays comme l’Irak, la Syrie, la Libye et l’Égypte et éventuellement la mise en place de scénarios de type somalien.

L’Iraq, bien qu’il ne s’agisse pas d’un pays entièrement consacré au Printemps arabe, compte de facto trois pays : les chiites au sud, les sunnites au centre et les Kurdes au nord. L’Irak ne retrouvera jamais son unité car Nouri El-Maliki ne fait rien pour maintenir le pays uni. Pour beaucoup de sunnites, son objectif est de faire en sorte que l’Irak ou les provinces chiites rejoignent l’Iran. Cependant, bien que l’Iran veuille cela, il serait dangereux pour le pays de l’accepter en ce sens qu’un tel acte encouragerait les Kurdes à créer leur propre pays et leurs propres frères kurdes d’Iran et de Turquie voudraient rejoindre la nouvelle entité. Cela pourrait donc entraîner le démembrement de l’Iran et des problèmes pour toute la région.

Jusqu’à présent, les seuls pays qui semblent échapper au scénario de la somalisation est : la Tunisie qui a élaboré une constitution progressiste. Si tout se passe comme prévu, ce pays pourrait devenir démocratique au sens strict du terme et sauver le printemps arabe de la faillite totale. 


Dr. Mohamed Chtatou

Professeur universitaire et analyste politique international

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments