Un Moyen-Orient malade de ses contradictions


Près d’une décennie après le Printemps arabe, la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) reste ravagée par la guerre et les conflits sociaux, par la migration massive de réfugiés et par l’appauvrissement économique. Cette situation instable pose de nombreuses menaces et défis, notamment le terrorisme, la radicalisation des minorités locales et les migrations massives.

L’état de chaos au Moyen-Orient

Le Moyen-Orient est dans le chaos et l’ancien ordre s’effondre. Dans de nombreux pays de la région, les Arabes sunnites se révoltent, n’acceptant plus leur statut misérable dans le monde actuel, leur manque de libertés, de droits et de prospérité. Tout ce qu’ils voient, c’est un Occident relativement sinon absolument plus faible qui soutient leurs ennemis, Israël, les dictateurs, les Kurdes, et même maintenant l’Iran. Désespérées par le changement, un nombre croissant de personnes se sont tournées vers les mouvements islamistes ; mais leurs victoires ont été constamment subverties et niées. Comme on pouvait s’y attendre, il en a résulté un glissement vers l’extrémisme et la montée de groupes radicaux dans toute la région.

Que peut-on faire ? L’Occident est confronté à un choix. Une option est de continuer sur la voie actuelle, en essayant de faire face au phénomène extrémiste en utilisant le modèle de surveillance de la sécurité et de la défense. Ce modèle a déjà manifestement échoué, l’islam radical s’étant développé à tous les niveaux depuis le début de la « guerre contre le terrorisme » en 2003. Il conviendrait peut-être de s’attaquer à une organisation de guérilla en Amérique latine, mais il n’a rien fait pour répondre aux griefs et aux aspirations de millions d’Arabes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et de beaucoup d’autres vivant en Occident et en Asie. Continuer sur cette voie conduit à la polarisation et, en fin de compte, à la ségrégation, aux ghettos et à une guerre sans fin entre l’Europe et les Arabes sunnites, comme l’avait prédit Ben Laden.

Aujourd’hui, la région arabe connaît un nouveau cycle de guerres, après quatre conflits israélo-arabes, trois guerres israélo-libanaises, trois guerres du Golfe, la création d’un soi-disant « califat« , huit révolutions arabes, tandis que deux guerres civiles de faible intensité et trois de forte intensité sont toujours en cours.

Au cours des trois dernières années, la lutte autour de la Syrie, de l’Irak, du Yémen et de la Libye a polarisé la région, apparemment autour d’oppositions religieuses, mais la réalité montre des groupes régionaux concurrents dans l’arène des pays déstabilisés et contre une possible montée en puissance de l’Iran.

Sur la toile de fond de cette concurrence régionale, les grandes puissances, parmi lesquelles la Russie et la Chine, exploitent de manière opportuniste la tourmente persistante pour récupérer ou étendre leurs sphères d’influence, avec un impact indirect sur la sécurité de l’approvisionnement énergétique.

Le grand perdant dans cette lutte pour le pouvoir est la société civile, celle-là même qui a fait entendre sa puissante voix et sa revendication de changement en 2011. Les sociétés frappées par la guerre sont surtout engagées dans la survie, mais dans certains pays, des protestations vigoureuses sont organisées qui relaient la même quête de réformes concrètes.

Fin de la bulle méga aisance financière

Les monarchies arabes du Golfe Persique doivent faire face à un budget à la hauteur et risquent de dilapider leurs 2 000 milliards de dollars de richesse financière d’ici 15 ans.

La demande mondiale de pétrole pourrait commencer à baisser plus tôt que prévu, mettant à rude épreuve les finances des six membres du Conseil de coopération du Golfe, qui représentent un cinquième de la production mondiale de pétrole brut, a déclaré le FMI dans un récent rapport.

Sans réformes économiques décisives, les États les plus riches du Moyen-Orient pourraient épuiser leur richesse financière nette d’ici 2034, alors que la région devient un débiteur net, selon les prévisions du fonds. Dans une autre décennie, leur richesse totale non pétrolière serait également épuisée, a déclaré le FMI.

« Les pays de la région doivent penser à long terme et de manière stratégique car le marché du pétrole est en train de changer structurellement tant du côté de la demande que de l’offre« , a déclaré Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, dans une interview.

Les réformes économiques déjà en cours dans certains pays doivent s’accélérer, a-t-il déclaré. Les plans de développement doivent transférer les dépenses et la création d’emplois des gouvernements vers les entreprises privées et développer plus rapidement davantage de sources de revenus non pétroliers, a-t-il ajouté.

Les pays du CCG devraient être plus agressifs dans leur poursuite d’une transformation économique afin de préserver leur richesse actuelle. « Si nous nous arrêtons là, ce n’est pas suffisant« , a déclaré M. Azour.

Consumérisme démesuré et irresponsable

Les compagnies pétrolières internationales et les États producteurs en sont venus à reconnaître que les sources d’énergie alternatives, parallèlement à une plus grande efficacité, érodent déjà la demande. Alors que les producteurs du Golfe, comme l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, développent de nouvelles industries en prévision de l’après-pétrole, ils n’agissent pas assez vite pour éviter de manquer de liquidités, a déclaré le FMI.

Les producteurs de pétrole du Golfe ont fortement augmenté leurs dépenses budgétaires à partir de 2007 et jusqu’en 2014, lorsque le brut a plongé. Malgré des réformes inégales, ils n’ont pas entièrement compensé la baisse des recettes pétrolières par des réductions des dépenses, ce qui a entraîné des déficits qui ont érodé la richesse, selon le rapport.

Les gouvernements régionaux devront probablement réduire davantage leurs dépenses, épargner davantage et introduire une fiscalité élargie pour joindre les deux bouts, a déclaré le FMI.

Une nouvelle baisse des prix du pétrole cette année, face aux tensions géopolitiques et aux menaces que le coronavirus fait peser sur la croissance, rend cette tâche encore plus difficile. Si la demande mondiale de pétrole venait à baisser avant que ces plans ne prennent racine, les pays devraient faire face à leurs problèmes économiques à long terme encore plus tôt, selon le fonds.

« La demande mondiale de pétrole devrait augmenter plus lentement et commencer à diminuer au cours des deux prochaines décennies« , a déclaré le FMI.

Selon le rapport, la demande mondiale de pétrole devrait culminer vers 2041 à environ 115 millions de barils par jour et diminuer progressivement à partir de là. Bien que cette prévision corresponde à la plupart des estimations de l’industrie, certains, dont le FMI, estiment que la consommation de pétrole pourrait diminuer de façon permanente encore plus tôt.

Saudi Aramco, citant les prévisions du consultant de l’industrie pétrolière IHS Markit Ltd, a déclaré dans son prospectus d’introduction en bourse l’année dernière que la demande de pétrole pourrait atteindre un pic vers 2035. L’amélioration de l’efficacité énergétique ou l’imposition d’une taxe carbone par les gouvernements du monde entier pourrait faire avancer le pic de la demande de pétrole à 2030, a déclaré le FMI.

L’Arabie Saoudite, les E.A.U. et le Koweït sont les plus grands producteurs du CCG et sont tous membres de l’OPEP. Les risques sont différents pour les États du CCG, qui comprennent également le Qatar, Oman et Bahreïn.

Les perspectives du FMI offrent un large horizon temporel dans lequel la demande mondiale de pétrole pourrait atteindre un sommet. Les revenus pourraient ne pas atteindre leur maximum avant le milieu du siècle et les producteurs du Golfe pourraient voir la demande de leur pétrole soutenue par d’autres secteurs.

L’utilisation accrue du pétrole pour les produits pétrochimiques pourrait contribuer à atténuer le ralentissement de la demande, a déclaré le FMI. Même si la demande de pétrole atteint un pic, la baisse des coûts de production permettra aux États du Golfe de gagner des parts de marché par rapport à leurs rivaux d’ailleurs.

Même dans ce cas, selon le scénario du FMI, l’Arabie Saoudite, les E.A.U. et leurs voisins sont confrontés à un avenir de baisse des revenus et de dépendance à la dette pour soutenir les dépenses.

« Des progrès plus rapides en matière de diversification économique et de développement du secteur privé seront essentiels pour assurer une croissance durable« , a déclaré le FMI.

Le Moyen-Orient de tous les doutes

L’élément le plus important auquel nous assistons actuellement – en fait, nous le voyons depuis un certain temps déjà et le rythme s’accélère – est la disparition de l’arabisme. Le monde arabe a connu une certaine implosion, voire un effondrement, et souffre d’un sentiment de désespoir et de faiblesse. Il se sent déserté par presque tout le monde, et certainement par le président américain Trump, dont l’absence de réaction à la spectaculaire attaque iranienne de missiles de croisière et de drones sur les installations de Saudi Aramco à Abqaiq – probablement la plus importante installation pétrolière du monde – a été un choc pour les États arabes.

Dubai, la ville-état des miracles éphémères

La Ligue arabe, en tant qu’organisation régionale, a perdu son sens de l’unité et, peut-être même, toute aspiration à l’unité. La plupart de ses États membres n’ont pas de gouvernement central fort, et beaucoup ne sont pas acceptés ou appréciés par leurs citoyens. Les dirigeants de ces États ont le sentiment de s’engager sur une pente glissante et s’en inquiètent. En conséquence, nous assistons à la fragmentation de leurs sociétés et à la montée du sectarisme et du tribalisme. C’est une situation qui touche la majorité des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

En ce sens, nous assistons à l’émergence des deux puissances non arabes dans la région : la Turquie et l’Iran. Ce sont des pays de taille similaire et tous deux ont des héritages impériaux et des aspirations différentes, mais toujours semi-impériales. L’Iran a mieux réussi à obtenir une influence et des positions stratégiques, voire des bases militaires, dans de nombreuses parties du monde arabe, tandis que la Turquie, y compris le président Erdoğan personnellement, a été largement rejetée par les Arabes.

La Turquie proposait son propre modèle, en alliance avec les Frères musulmans : une sorte de « néo-ottomanisme » qui rappelle les jours de gloire de l’Empire ottoman. Les États arabes ont rejeté à la fois le modèle lui-même et la notion de leadership turc. Ainsi, le projet de leadership régional de Erdoğan a peu progressé et le seul allié de la Turquie dans le monde arabe est le Qatar. Mais, même dans ce cas, les mouvements de réconciliation entre les Saoudiens et les Émiratis d’un côté, et le Qatar de l’autre, pourraient remettre en question la relation Qatar-Turquie.

Dans le cas de l’Iran, le peuple iranien souffre énormément à la fois des sanctions imposées par les États-Unis et du régime clérical répressif. Mon estimation, basée sur les données de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, est que l’économie iranienne se contracte au rythme de dix pour cent par an. Néanmoins, la volonté du régime de continuer à construire un système de procuration dans toute la région n’a pas encore été affectée par la contraction de l’économie. Bien sûr, la raison générale qui sous-tend cette volonté (et les coûts qu’elle entraîne) est qu’il s’agit d’une préparation nécessaire à l’extermination de l’État d’Israël, un objectif qui est réitéré presque quotidiennement par les dirigeants religieux et le Corps des gardiens de la révolution islamique.

En termes de procurations, l’Iran a le Hezbollah, qui dispose de 140 000 missiles. Ils tentent actuellement de convertir les plus lourds, comme le Zelzal-2 et le Fateh-110, en missiles guidés par GPS, capables d’atteindre des cibles avec une précision de 50 mètres. L’Iran envoie au Hezbollah des kits d’équipement GPS à insérer dans ces missiles.

En Syrie, en plus de rivaliser avec les Russes pour obtenir de l’influence, l’Iran essaie également de construire sa propre force militaire à partir des restes de l’armée syrienne. Jusqu’à présent, cela comprend un arsenal de missiles lourds visant Israël, des escadrons de drones d’attaque et entre 40 000 et 80 000 miliciens, pour la plupart chiites – Irakiens, Pakistanais, Afghans et, de plus en plus maintenant, Syriens – qui sont mobilisés par les Iraniens.

Au-delà de 2020, le doute persiste

Les scénarios pour la région abondent – bien qu’aucun d’entre eux ne soit cohérent, car la région n’est pas unifiée. Je divise la région entre l’Afrique du Nord, le CCG et les autres. L’Afrique du Nord connaît clairement les guerres civiles en Libye et les tumultes politiques de l’Algérie, tandis que l’Égypte s’enfonce encore plus dans la déchéance économique et environnementale. La situation est similaire du Liban à la Syrie et à l’Irak : déclin politique continu sans qu’aucune stratégie de résilience à long terme n’émerge.

Le CCG reste le point d’ancrage et le pivot de toute la région, les espoirs reposant sur les réformes économiques de l’Arabie saoudite et les efforts de diversification du royaume et des EAU. Sur le plan géopolitique, la grande question est de savoir si un modus vivendi peut être atteint avec l’Iran ou si la voie de la confrontation indirecte au Yémen, au Liban et en Irak va dégénérer en conflit direct.

Le terme « soft power » est en fait assez vide de sens. Il est peu clair sur le plan conceptuel et n’a que peu d’influence sur les véritables décisions. La géographie des EAU n’a pas changé en un demi-siècle, mais ils sont passés d’une fragile fédération postcoloniale à l’un des États les plus riches et les plus connectés du monde, une puissance régionale et un centre de gravité démographique et financier pour toute la région et au-delà. Nous pouvons mesurer ce succès à l’aune de l’attrait démographique. Dubaï, par exemple, est peut-être la ville qui connaît la croissance la plus rapide de l’histoire du monde. Nous pouvons également la mesurer en termes de visibilité et d’attrait. Le Dubai Mall est l’un des bâtiments les plus visités chaque année. Il y a aussi les prouesses diplomatiques. Les Émirats arabes unis sont devenus l’un des principaux organisateurs d’événements mondiaux tels que le Forum économique mondial, et le passeport émirati figure désormais en tête des passeports sans visa dans le monde.

Ligue arabe, organisation régionale dépassée par les évènements

Conclusion : un avenir incertain

La région MENA dans son ensemble n’a pas réussi à générer des taux de croissance élevés et soutenus. Contrairement à d’autres pays en développement, la région n’a pas obtenu de bons résultats depuis les années 70 et n’a donc pas pu profiter pleinement des avantages de la mondialisation et de l’intégration économique mondiale.

Les défis auxquels la région est confrontée sont redoutables. Les performances économiques des pays de la région MENA restent inférieures à leur potentiel, ce qui entraîne un chômage chronique et de mauvaises conditions de vie dans une grande partie de la région. Les pays de la région doivent atteindre des taux de croissance durable plus élevés et s’intégrer davantage dans l’économie mondiale s’ils veulent réussir à créer des emplois significatifs pour une main-d’œuvre en augmentation rapide et, plus généralement, réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie.

Des efforts accrus sont nécessaires pour accélérer la libéralisation du commerce, réformer les marchés financiers et du travail et améliorer la transparence, la gouvernance et la qualité des institutions publiques. La libéralisation économique devrait garantir une concurrence loyale et ouverte, où les forces du marché pourraient créer des opportunités pour une allocation plus efficace des ressources et soutenir l’investissement et la croissance du secteur privé. Ces réformes doivent viser à transformer le climat des affaires et des investissements qui est crucial pour la croissance économique, la création d’emplois et l’intégration de la région dans l’économie mondiale.

Les scénarios sont des futurs imaginés qui peuvent démontrer comment les actions actuelles peuvent conduire à des résultats radicalement différents. En tant que tels, ils sont des outils utiles pour aider à orienter la stratégie et à façonner l’avenir.

On peut imaginer deux scénarios pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) avec deux horizons temporels : le court terme (2025) et le long terme (2050) :

  • Le premier est une sorte de scénario de statu quo qui projette les tendances actuelles dans la région et se fonde sur les conclusions tirées de recherches menées sur quatre ans (avril 2016-mars 2020). Ces conclusions mettent en évidence une dynamique état-société plus conflictuelle et contentieuse, une fragmentation régionale et des centres de gravité changeants, l’ancrage de la région dans les rivalités mondiales et des tendances internationales socio-économiques et environnementales perturbatrices. Le scenario indique également plusieurs voies alternatives dans des zones ou des pays particuliers où ces tendances pourraient être inversées, ou dans lesquels des secteurs ou des pays spécifiques pourraient prendre des chemins divergents et comment.
  • Ensuite, il y a des scénarios à long terme pour 2050 en identifiant certaines mégatendances qui façonneront inévitablement l’avenir de la région et la manière dont celle-ci sera en relation avec le reste du monde.

Dr. Mohamed Chtatou

Professeur universitaire et analyste politique international

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
lahsen

une analyse profonde. Chapeau notre Prof…ⵜⴰⵏⵎⵉⵔⵜ ⴱⴰⵀⵕⴰ ⵉⵔⵖⴰⵏ