Idir, n’est pas mort, il est juste passé au stade de l’éternité culturelle


“Il n’y a pas de meilleure façon d’appartenir à un peuple que d’écrire dans sa langue“.

Heinrich Böll, écrivain allemand (1917 – 1985)

Le chanteur algérien Hamid Cheriet, plus connu sous le nom d’Idir, s’est éteint en France à l’âge de 70 ans. L’infatigable champion des cultures kabyle et amazighe est mort d’une maladie pulmonaire. Idir est devenu internationalement célèbre avec sa berceuse « A Vava Inou Va » dans les années 1970 et depuis il est, en quelque sort, le porte-étendard de la cause amazighe en Afrique du Nord, le Sahel et les Iles Canaries, foyer millénaire des Imazighens, ces hommes fiers et libres. Sa chanson phare est même devenue un sorte d’hymne national ou l’ogre représentait les pouvoirs pana-arabistes et non-démocratique de la région, la petite fille Ghriba, la cause amazighe naissante et le père (Vava) la culture amazighe ancestrale.

Maitre incontesté des berceuses mélodieuses

Idir a grandi entouré des chants et des rythmes du peuple kabyle, mais il étudiait pour devenir géologue jusqu’à son apparition fortuite à la radio d’État en 1973. Il a remplacé au dernier moment un autre chanteur et sa prestation a été largement saluée. Mais il faut attendre la fin de son service militaire pour qu’il se lance dans une carrière discographique, non pas dans sa Kabylie natale opprimée par un régime patriarcal arabe, mais en France, pays de liberté, démocratie et droits de l’homme.

La mort du chanteur a été confirmée samedi sur sa page Facebook officielle, où l’on pouvait lire : « Nous avons le regret d’annoncer le décès de notre père (à tous), Idir. Repose en paix« . Les médias français rapportent qu’il est décédé d’une maladie pulmonaire après avoir été hospitalisé vendredi.  Idir était un trésor national dans son pays natal, l’Algérie et un grand symbole de la culture amazighe partout dans Tamazgha (territoire amazigh).

Dans un tweet Emmanuel Macron a écrit, en hommage à ce grand chantre : “Une voix unique s’est éteinte. Idir chantait ses racines kabyles avec la mélancolie d’un exilé et la fraternité des peuples avec les espoirs d’un humaniste. La poésie de ses chansons continuera longtemps de résonner d’une rive à l’autre de la Méditerranée“.

Pour L’UNESCO, Idir était incontestablement l’ambassadeur de la culture amazighe auprès du monde : “Le chanteur algérien Hamid Cheriet, plus connu sous le nom de #Idir, est décédé en France à l’âge de 70 ans. Il était l’un des principaux ambassadeurs culturels des cultures kabyle et berbère“.

Son compatriote Zinedine Zidane l’appelait « Monsieur Idir« . Idir incarnait à la fois la force et la tranquillité ; sa présence inspirait le même respect que l’on pourrait avoir pour un oncle. Le sociologue français Pierre Bourdieu a compris le rôle que ce chanteur algérien, qui parlait et chantait en kabyle, avait dans chaque famille algérienne : “il était plus qu’un chanteur, il était comme un membre de la famille“.

Né le 25 octobre 1949 à Ait Lahcene, près de Tizi Ouzou, capitale de la Kabylie, qui faisait alors partie de l’Algérie française, il a fait des études de géologue, mais sa vie a pris un tournant en 1973 lorsqu’il a été appelé à la radio pour chanter « A Vava Inou Va » en remplacement de dernière minute. C’était une berceuse avec les « riches traditions orales » de la culture amazighe et elle est devenue une chanson très appréciée dans le pays et partout dans le monde.

Au début des années 1970, alors qu’il s’appelait encore Hamid Cheriet, un discret étudiant en géologie, il a commencé à chanter en public. Il compose ses mélodies et écrit ses paroles en kabyle, inspiré par des couplets de chansons traditionnelles avec lesquelles il s’était bercé dans son enfance. Modestement, il choisit un nom de scène, Idir, le nom donné aux nouveau-nés fragiles car il signifie « Il vivra ». Le succès est venu avec la chanson « A Vava Inou Va » (« Petit père »). Cette chanson mélodique est construite comme un dialogue entre une fille et son père qui tentent d’éviter avec leurs mots la venue de l’ogre dévorant, allusion faite ici au régime militaire algérien dévoreur des libertés publiques :

« S’il vous plaît, Père Inou Va, ouvrez-moi la porte !

Fille Ghriba fais tinter tes bracelets

Je crains l’ogre de la forêt Père Inou Va

O Fille Ghriba Je le crains aussi ».

Exil en France

Par la suite, Idir s’est installé en France en 1975, après avoir terminé son service militaire, où il a enregistré son premier album intitulé « A Vava Inou Va« , et une série de chansons populaires de style nord-africain au cours de la même décennie. Le style de sa musique, avec voix solitaire et guitare acoustique, défend les sons de la musique kabyle, et en tant que tel, il est largement considéré comme un ambassadeur de la culture kabyle et amazighe.

Le peuple kabyle de langue berbère est un sous-groupe de la population ethnique amazighe d’Afrique du Nord et de l’Ouest au sens large. En Algérie, les Kabyles sont une minorité historiquement réprimée par le gouvernement central. Ils sont originaires du nord du pays, qui s’étend sur les montagnes de l’Atlas. De nombreux Kabyles se sont installés en France dans les années 20 du siècle dernier, puis après l’indépendance de l’Algérie en 1963, et finalement après la guerre civile algérienne (1991-2002) connue sous le nom de “Décennie noire“.

Au-delà de ses belles mélodies, la puissance qui alimente cette légende musicale, Idir, née Hamid Cheriet, réside dans son profond un attachement à la culture et à l’identité nord-africaines. Trésor national de son Algérie natale, il a honoré ses racines par un lyrisme conscient et des instruments traditionnels, sans se départir de l’idée de l’unité et de l’appréciation de « l’autre ».

Poussé dans l’industrie du divertissement d’une manière loin d’être conventionnelle, ses prouesses musicales ont commencé à être reconnues par ses collègues dans un champ de gaz et de pétrole en Algérie et après son exil en France, il est devenu une star internationale dont les chansons ont été reprises dans plus d’une quinzaine de langues.

Militantisme et identité

C’est donc en 1973 que l’Algérie a découvert ce jeune chanteur kabyle sur les ondes de Radio Alger. Il portait un jean évasé, de longs cheveux bouclés et le burnous de ses ancêtres. « A Vava Inou Va » est devenu un succès international. Décrit par certains comme « le premier succès africain« , il a été diffusé dans 77 pays et traduit en plusieurs langues. Il a été suivi d’un album d’anthologie, “Ssendu“, un mélange de mélodies douces et rythmées, avec des paroles subtilement engagées et discrètement subversives. Ne vous y trompez pas, Idir a décrit la situation politique algérienne par des métaphores poétiques mais engagées. Bien qu’il n’ait pas écrit de textes critiques clairement opposés au gouvernement, comme d’autres chanteurs kabyles tels que Mahtoub Lounes, Lounis Aït Menguellet ou Ferhat Mhenni, Idir était tout aussi critique. Poétique et politique.

Idir a participé à de nombreux concerts de soutien à différentes causes. Par exemple, le 22 juin 1995, plus de 6 000 personnes ont assisté à un concert pour la paix, la liberté et la tolérance donné par le chanteur et son ami Khaled, initiateurs de l’association « l’Algérie, la vie« . Idir a également participé au concert à la mémoire de Lounès Matoub, le chanteur kabyle assassiné par le régime autoritaire algérien en 1998.

En 2001, Idir défend à nouveau son identité nationale au Zénith de Paris lors du « 21e printemps berbère« , une célébration de la culture amazighe. Le 8 juillet de cette année-là, il a organisé un concert spécial de collecte de fonds pour soutenir la population en Kabylie, à un moment où des émeutes anti-gouvernementales se déroulaient dans cette région à prédominance amazighe. Idir a été rejoint par de nombreuses stars et des milliers de fans algériens et français qui se sont rendus au Zénith pour soutenir la population en Kabylie.

“A Vava Inou Va“ succès international

Les premiers succès

Son interprétation de la chanson “A Vava Inou Va“ en 1973 sur les ondes de Radio Alger a transporté les auditeurs dans une dimension inconnue, mais avant que cela ne puisse lui être transmis, il a été appelé au service militaire obligatoire. Idir est, ainsi, devenu un nom familier, presque du jour au lendemain, sans qu’il le sache jusqu’à son retour.

Dès le début, Idir a refusé de se soustraire aux traditions orales riches et complexes de la culture amazighe, malgré son statut minoritaire souvent contesté au sein de sa nation. Sa voix apaisante, ses cordes acoustiques et sa fierté culturelle ont résonné à l’intérieur et au-delà des frontières de l’Algérie, l’élevant au rang de symbole de la diversité musicale tant désirée et champion mondial du milticulturalisme.

En 1975, il s’installe en France et, avec un grand enthousiasme, pour commencer à enregistrer ses œuvres musicales. Ses chansons continuent, depuis, à mettre en lumière, avec charme et sans détour, sa communauté amazighe sous-représentée et sous-estimée, notamment le sous-groupe kabyle originaire des régions montagneuses côtières du nord de l’Algérie.

L’année suivante, son premier album « A Vava Inou Va » est sorti au public, centrant son message sur la vie quotidienne et la culture de l’Algérie rurale, racontée à travers une certaine séparation, comme si un vieil homme racontait les contes à ces proches.

Son plaidoyer pour le multiculturalisme

Identités“ est le nom qu’Idir a choisi pour son deuxième album, tant attendu, né en 1999. Cette fois-ci, sa voix est en grande compagnie, rassemblant le monde entier sur un seul CD. Pour souligner l’unité dans la différence, ce projet de melting-pot réunit Manu Chao, Charles Aznavour, Maxime Le Forestier, Gnawa Diffusion, Zebda, Gilles Servat et Geoffrey Oryema, le tout rehaussé par les sons de l’Orchestre parisien de Barbès.

Dans la continuité de son esprit éveillé et engagé, en 2007, son album, ode aux minorités, « La France des couleurs » sort en pleine élection présidentielle française, dominée par les débats passionnés sur l’immigration et l’identité.

Malgré un autre écart important entre les projets, Idir retourne à Alger en janvier 2018 pour se produire au Nouvel An berbère « Yennayer » après une absence de 38 ans. Son spectacle, dont l’apparence a été soigneusement choisie, a montré le soutien aux soulèvements populaires qui ont conduit à la démission du leader de longue date Abdelaziz Bouteflika.

« J’ai tout aimé de ces manifestations : l’intelligence des jeunes, leur humour, leur détermination à rester pacifiques« , a déclaré Idir en avril 2019. « J’avoue que ces moments ont été comme une bouffée d’air frais. Et comme j’ai une fibrose pulmonaire, je sais de quoi je parle« .

Idir stigmatise le régime militaire

Parlant de son origine amazighe, contesté dans le temps par le régime militaire algérien pan-arabiste, Idir dit avec emphase à Unesco Courier (The UNESCO courier, 53, 4, p. 26-27, port, 2000) : “Ils me donnent un passeport algérien, mais je dois obtenir la permission de parler ma propre langue« , qui, comme le grand poète martiniquais Aimé Césaire, il défend « ceux qui n’ont pas de voix« . Il ne lui est jamais venu à l’esprit d’écrire en français, la langue du colonisateur dans laquelle il a fait toute sa scolarité, jusqu’au doctorat de géologie, ni en arabe, qui était alors enseigné comme deuxième langue en Algérie. “Si je n’avais pas quitté mon village, je n’aurais jamais prononcé un mot d’arabe« , dit-il. « Le kabyle est une langue de sentiments et de récits qui coule naturellement dans la poésie“, ajoute-t-il. C’est aussi la langue qu’Idir a choisi d’utiliser. “Chanter en kabyle est un acte militant, une façon d’exprimer ma foi, de dire que j’existe“, dit-il. “Si j’avais eu une autre profession, j’aurais trouvé d’autres moyens d’exprimer les mêmes exigences“ martèle-t-il.

Son professeur de sciences naturelles lui a appris à jouer de la guitare. Le futur géologue a commencé à écrire à l’âge de 16 ans et s’est adressé aux Kabyles et à leurs attentes dans ses poésies populaires. En 1973, on lui demande de remplacer à la dernière minute la célèbre chanteuse Nouara, et il se met à chanter en direct sur la radio la berceuse qu’il a écrite à ses débuts. Depuis, cet enfant des Aurès n’a cessé de célèbrer la culture amazighe à travers la musique, prolongeant ainsi l’œuvre lancée dans les années 1940 par de grands écrivains comme Jean Amrouche, Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun et Kateb Yacine. Ces pionniers ont dû utiliser le français pour défendre la langue amazighe s’ils voulaient se faire entendre. Comme l’a dit Amrouche : « Je pense et j’écris en français, mais je pleure en kabyle“.

Album célébrant le multiculturalisme

Idir est allé plus loin : il a préconisé trois langues pour l’Algérie – l’arabe, l’amazigh et le français lors de son interview avec Unesco Courier : « Je veux que l’Algérie prenne en compte ceux qui vivent sur sa terre, qui aiment le pays et veulent le construire, quelle que soit leur langue ou leur religion« , dit-il. Il a déclaré, aussi, à ce support médiatique : « L’Islam ne devrait pas être une religion officielle. La religion est pour les croyants, pas pour les gouvernements“.

« Je veux que l’Algérie tienne compte de ceux qui vivent sur sa terre, qui aiment le pays et veulent le construire, quelle que soit leur langue, leur religion ou leur origine« , dit-il toujours à Unesco Courier. “L’arabe ne devrait pas avoir un statut particulier parce qu’il est la langue sacrée du Coran – en particulier l’arabe classique, une langue aseptisée que les gens ordinaires ne peuvent pas comprendre et aucune langue n’est plus malheureuse qu’une autre, même si le berbère est la plus ancienne en termes de nombre d’années. Le destin a mis ces langues sur cette terre et elles doivent rester“, a-t-il ajouté.

Une brèche entre l’Etat et la Kabylie réfractaire continue de se creuser, ce dont Idir rendra compte en chantant régulièrement les anniversaires de la révolte amazighe de 1980 connue sous le nom de tafsut imazighen (Printemps amazigh) dont les réverbérations se sont fait sentir dans tout Tamzgha. Malgré son prestige national et international, le chanteur a veillé toujours à garder ses distances avec les autorités algériennes. Cependant, dès que sa mort a été annoncée, le président Abdelmadjid Tebboune a écrit au milieu de la nuit sur son compte Twitter : « J’ai appris avec beaucoup de regret et de tristesse la nouvelle du décès de feu Hamid Cheriet, connu sous le nom artistique d’Idir, l’icône de l’art algérien de renommée internationale. Avec lui, l’Algérie perd une de ses pyramides« .

Célébration de l’anniversaire de Tafsut Imazighen (Printemps amazigh) le 20 avril 2015 à Tizi Ouzzou

Discographie :

  • 1976 : A Vava Inouva  (Oasis, Algérie / Pathé, France)
  • 1979 : Ay arrac nneɣ (Azwaw)
  • 1980 : Récital à l’Olympia (Azwaw)
  • 1991 : A Vava Inouva (Blue Silver)
  • 1993 : Les Chasseurs de lumière (Blue Silver)
  • 1999 : Identités (Sony Music)
  • 2002 : Deux rives, un rêve (Sony Music)
  • 2005 : Entre scènes et terre (Sony-BMG)
  • 2007 : La France des couleurs (Sony-BMG)
  • 2013 : Adrar inu (Columbia)
  • 2017 : Ici et ailleurs (Sony Music, France / Izem Pro, Algérie)

Compositions :

  • 1986 : Le Petit Village (Chorale Tiddukla)
  • 1987 : Ml-iyi (Avec Ali Tiddukla)

Références Classées par date de parution :

  • H. Laroche, « Khaled et ldir – Fraternité », Les Inrockuptibles,‎ 21 juin 1995.
  • Eric Landal, « L’Algérie, la vie à Pantin : le concert-meeting de « l’Algérie, la vie » a fait un tabac édifiant jeudi. Après-coup. », Libération,‎ 24 juin 1995.
  • Fara C., « Idir, scribe de l’espoir », L’Humanité,‎ 4 août 1998.
  • Fara C., « Vingt ans après A Vava Inouva, Les identités d’Idir », L’Humanité,‎ 19 novembre 1999.
  • Martine Lachaud, « Idir, l’espoir debout », L’Express,‎ 2 décembre 1999.
  • Mohammed-Saâd Zemmouri et Muḥammad al-Yamlāḥī Wazzānī, Présence berbère et nostalgie païenne : dans la littérature maghrébine de langue française, Le Club du livre, 2000, 185 p., p. 27.
  • Rachid Aous, Musiques d’AlgériePresses universitaires du Mirail, 2002,  201 p.
  • (en) Jane E. Goodman, Berber Culture On The World Stage : From Village To VideoIndiana University Press, 2005, 241 p.
  • Gilles Médioni, « La France des couleurs, Idir », L’Express,‎ 30 mai 2007.
  • Remy Pellissier, « Interview d’Idir, le pouvoir des mots », Evene.fr,‎ octobre 2008.
  • Karim Djaad, « Idir, « L’Algérie n’est pas un Etat de droit, mais elle progresse » », Jeune Afrique,‎ 28 janvier 2013.
  • DDK, « Ce soir sur BRTV, Idir présente son nouvel album », La Dépêche de Kabylie,‎ 1er février 2013, p. 26.
  • François-Xavier Gomez, « Idir en toute intimité », Libération,‎ 2 février 2013, p. 26.

Dr. Mohamed Chtatou

Professeur universitaire et analyste politique international

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments