Langue, culture et interculturalité


Si vous avez eu du mal à apprendre une langue à l’école ou si vous avez essayé d’apprendre en ligne ou lors de cours du soir à l’âge adulte, vous savez que l’apprentissage des langues peut être un chemin semé d’embûches. On peut parfois se sentir motivé et plein d’assurance. D’autres fois, on se sent tellement frustré que l’on se demande pourquoi on a commencé. Heureusement, il existe de très bonnes raisons d’apprendre une langue étrangère : cela améliore la mémoire, développe les capacités multitâches et retarde même l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Au-delà de ces avantages, nous pouvons également développer des compétences interculturelles plus larges qui nous aideront dans nos interactions internationales et multiculturelles – nous rendant ainsi plus “compétents sur le plan interculturel“.

“Imbrications culturelles“, œuvre de l’artiste marocaine Soundousse Belayachi

La langue contribue à façonner la culture

La langue que nous parlons crée une lentille à travers laquelle nous voyons le monde qui nous entoure et façonne nos valeurs et nos attitudes. Par exemple, les temps affectent notre perception du temps ou notre mémoire des événements.

La langue façonne notre façon de penser, en anglais nous avons tendance à préciser “who did what” alors que l’espagnol permet à l’auteur d’une action de rester ambigu – “se ha roto el plato“(l’assiette s’est cassée toute seule). On a constaté que lorsqu’ils se rappellent des événements, les anglophones sont plus susceptibles de se rappeler “who did it” et les hispanophones sont plus susceptibles de se rappeler que l’événement était un accident. En Arabe marocain en décline toute responsabilité pour un éventuel retard à l’école ou au travail ou autre qu’on attribue à autrui, par exemple le bus : “mcha ‘liya toubus“ (le bus est parti sans moi).

Des mots et expressions spécifiques peuvent également nous permettre de décrire et donc de prendre conscience de sentiments et de sensations dont nous pourrions être moins conscients si nous parlions une autre langue. Le mot “Fernweh“ est propre à l’allemand et signifie le désir d’un lieu différent de celui où vous vous trouvez actuellement et est souvent utilisé comme excuse par les Allemands pour réserver une escapade. Vous pensez peut-être qu’il n’y a pas de culture plus apologétique que celle des Anglais, mais les Japonais ont beaucoup plus de mots pour s’excuser : 20 pour être exact. Des termes spécifiques existent pour exprimer l’humilité, le pardon et l’admission d’un méfait. Par exemple, “Yurushite” est utilisé pour demander pardon alors que “Shazai” n’est utilisé que dans les courriels officiels. Les excuses japonaises sont une fenêtre sur la culture japonaise de la politesse, du respect et de l’attention. 

La langue contribue à façonner la culture (et vice versa) et l’apprentissage d’une autre langue nous donne l’occasion de pénétrer dans cette culture et de percevoir notre environnement de manière inimaginable auparavant. Parler une deuxième langue signifie que l’on peut passer d’une langue à l’autre et d’un objectif à l’autre, et se mettre à la place de l’autre est un élément essentiel pour devenir compétent sur le plan interculturel. Le fait de pouvoir parler ne serait-ce qu’une seule langue étrangère nous rappelle que d’autres personnes comprennent le monde différemment et que nous devons réfléchir à deux fois avant de comprendre les autres à travers notre optique culturelle.

Le langage ne peut être utilisé sans porter de sens et sans se référer à lui-même. Les significations d’une langue particulière renvoient à la culture d’un groupe social particulier, et l’analyse de ces significations – leur compréhension par les apprenants et les autres locuteurs – implique l’analyse et la compréhension de cette culture. Le fait de traiter la langue indépendamment de la culture à laquelle elle se réfère constamment ne tient pas compte de la nature de la langue. Ainsi, l’enseignement des langues devrait toujours contenir une référence explicite à la culture, l’ensemble dont la langue particulière est tirée.

Depuis que des personnes de cultures différentes se rencontrent, il y a une communication interculturelle. Ce qui est nouveau, cependant, c’est l’étude systématique de ce qui se passe exactement lorsque des contacts et des interactions interculturelles ont lieu – lorsque le producteur et le récepteur du message sont de cultures différentes. Le contact accru entre les cultures rend impératif un effort concerté pour s’entendre et comprendre ceux dont les croyances et les origines peuvent être très différentes des leurs.

Une communication interculturelle réussie est une question de la plus haute importance si l’on veut que l’humanité et la société survivent. Ainsi, une connaissance théorique et pratique du processus de communication interculturelle et la capacité, grâce à une sensibilisation et une compréhension accrues, de coexister pacifiquement avec des personnes qui ne partagent pas nécessairement nos propres styles de vie ou valeurs, sont essentielles pour garantir une communication réussie.

La langue est un moyen de marquer l’identité culturelle. La langue diffère, en revanche, d’autres phénomènes en ce qu’elle est utilisée pour se référer à d’autres phénomènes et doit généralement être utilisée pour se référer au-delà d’elle-même.[i] La langue utilisée par des locuteurs particuliers se réfère constamment au-delà d’elle-même, indépendamment des intentions du locuteur : la langue ne peut pas être utilisée sans porter de sens et se référer au-delà d’elle-même, même dans l’environnement le plus stérile de la classe de langue étrangère. Les significations d’une langue particulière renvoient à la culture d’un groupe social particulier, et l’analyse de ces significations – leur compréhension par les apprenants et les autres locuteurs – implique l’analyse et la compréhension de cette culture.

La langue dans la communication interculturelle

L’influence et le pouvoir de la langue sont significatifs pour les membres des groupes culturels et ethniques. Dans chaque communauté linguistique – ethnique, raciale, culturelle ou liée au sexe – l’utilisation de la langue est d’une importance vitale. Chaque communauté linguistique a ses normes, ses formes et ses codes de communication. Les interactions d’un groupe de personnes varient à bien des égards : en termes de fréquence et de valeur de la parole, d’interprétation des représentations orales et de formes de langage partagées.

La communauté linguistique maintient les normes et les règles de communication, mais elle peut les modifier progressivement. D’autre part, dans chaque communauté linguistique, il existe un certain degré de déviation individuelle par rapport aux normes. Tous les membres du groupe ne communiquent pas de la même manière.

Les membres du groupe partagent un code vocal, un système de symboles, de signes, de significations et de règles dans une situation et une interaction spécifiques. Plusieurs aspects, tels que la relation, l’âge, le sexe, le statut social et la génération, affectent la communication. De même, la proportion de communication verbale et non verbale varie dans les différentes communautés de parole.

Les règles de la parole déterminent ce qui est approprié et inapproprié dans une situation avec des partenaires de communication particuliers. Nous sommes automatiquement conscients de ce qu’il faut dire et ne pas dire, et de quelle manière. Les règles d’interaction aident une personne à savoir comment agir envers les autres dans une situation particulière.

La langue n’est pas seulement utilisée comme un moyen de communication, mais aussi comme un marqueur ou un indicateur de l’identité culturelle du locuteur. Cette identité est communiquée par l’utilisation d’une langue particulière lors de l’interaction (marqueurs de discours). Certains types d’expressions sont utilisés pour exprimer l’appartenance à un groupe, mais de même, ils sont parfois utilisés pour exclure, séparer ou discriminer.

La communication interculturelle a lieu lorsque les participants en interaction représentent un système de communication différent. Des différences peuvent se produire dans la communication verbale et non verbale, par exemple, le contact visuel, les gestes, le toucher, les pauses, les tournants ou l’utilisation du temps. Elles sont des sources potentielles d’affrontements ou de conflits dans la communication interculturelle. Dans le cas d’un conflit de communication interculturelle, il peut y avoir des sentiments de confusion, de tension, d’embarras et de frustration.

Selon Deoksoon Kim, apprendre une langue c’est apprendre une culture :[ii]

“Les professeurs de langues ont toujours su que l’apprentissage d’une langue supplémentaire nécessite la connaissance d’une autre culture. C’est en fait l’une des principales raisons d’apprendre des langues – faire l’expérience d’une culture différente de l’intérieur, de manière à pouvoir sympathiser avec un plus grand nombre d’autres personnes et à enrichir sa capacité à apprécier les diverses expériences humaines. Les apprenants en langues les plus performants apprennent la culture et la langue ensemble, de sorte que l’enseignement de la langue et l’enseignement de la culture ne peuvent être séparés (Ho, 2009 ; Valdes, 1986). L’apprentissage d’une langue nécessite bien sûr la maîtrise du vocabulaire et de la syntaxe. Mais les professeurs de langues sous-estiment parfois la valeur de l’enseignement de la culture, de sorte que le potentiel de l’apprentissage des langues pour créer une compréhension culturelle n’est pas réalisé (Rao, 2002). “

Langue, culture et citoyenneté mondiale

À notre époque, la question de savoir ce qui constitue réellement un “citoyen du monde” fait l’objet d’un vaste débat, tout comme le débat sur le concept de mondialisation dans son ensemble est en pleine évolution.[iii] Des organisations internationales telles qu’Oxfam,[iv] entre autres, proposent actuellement un certain nombre de définitions qui se recoupent dans leur approche. Ces définitions prévoient qu’un citoyen du monde est un individu qui “est conscient du monde extérieur et a le sentiment de son propre rôle en tant que citoyen du monde“.[v] Les définitions attribuent également au respect et à la valorisation de la diversité et à la compréhension du fonctionnement du monde les caractéristiques principales d’un citoyen du monde. Le discours stipule en outre qu’un citoyen du monde est constamment confronté à toute injustice sociale et que cet individu est actif au sein de sa communauté sous de nombreux aspects et dans de nombreux domaines, que ce soit au niveau local ou mondial. Ce type de citoyen est désireux et vise activement à “faire du monde un endroit plus équitable et plus durable“, et qu’il assume la pleine responsabilité de ses actions à cet égard, et est conscient de son rôle dans le processus global.[vi]

Apprendre une autre langue est non seulement un grand atout, mais cela peut aussi transformer la manière dont nous percevons le monde. Avec non seulement un vocabulaire plus large, mais aussi l’accès à différentes écoles de pensée et histoires, on peut métamorphoser son regard sur la façon d’appréhender la communauté mondiale, et même sa propre communauté.

Avant tout, la langue a été construite pour répondre à des besoins humains fondamentaux : communiquer, avertir, discuter ; cependant, au fil du temps, elle a été modelée par la culture et la tradition, qui ont révolutionné le véritable sens et la valeur de la langue. Outre ses fonctions de base, la langue retrace également l’histoire de la culture ou de la nation qu’elle sert. Être un citoyen du monde signifie que l’on est non seulement ouvert aux différents pays et cultures, mais que l’on gagne aussi le droit de les comprendre. Par conséquent, l’apprentissage de différentes langues est un atout essentiel pour être un citoyen du monde car il offre un miroir à travers lequel nous pouvons voir et comprendre différentes cultures et différents pays, en particulier au sein de la communauté internationale.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), “l’éducation à la citoyenneté mondiale vise à donner aux apprenants les moyens d’assumer des rôles actifs pour faire face aux défis mondiaux et les résoudre, et de devenir des contributeurs proactifs à un monde plus pacifique, plus tolérant, plus inclusif et plus sûr“.[vii] La citoyenneté mondiale est une prise de conscience de sa place dans le monde ; elle implique un ensemble de valeurs qui peuvent être inculquées à une personne de tout âge ; et elle donne à tous les moyens d’œuvrer pour un monde plus pacifique. L’éducation à la citoyenneté mondiale fait l’objet d’une attention croissante en tant que composante d’une éducation de qualité.

Pour Scott Carlin et YuKang Choi :[viii]

“Il incombe à la société civile d’expérimenter les modèles de la citoyenneté mondiale, de comprendre les peuples et la planète, de se soucier d’eux et d’agir en leur nom en adoptant des principes et des pratiques écologiques et socialement inclusifs. La citoyenneté mondiale transforme le monde de l’art, celui des affaires, la culture, l’éducation, les droits de l’homme et les droits des travailleurs, la religion, la santé publique, la politique et notre relation à la nature. “

La 66e conférence des ONG parrainée par le Département de l’information des Nations unies (Gyeongju, République de Corée, 30 mai – 1er juin 2016)[ix] a cité dans son plan d’action final plusieurs éléments qui devraient être inclus dans l’éducation à la citoyenneté mondiale, notamment :

  • “Une éducation fondée sur la pensée créative et critique qui permette à tous de contribuer activement aux processus politiques et de développement dans une société mondiale complexe, interconnectée et diverse…” ; et
  • “Une éducation qui enseigne la résolution des conflits, une appréciation profonde de la diversité, le raisonnement éthique, l’égalité des sexes, les droits et responsabilités de l’homme, l’interdépendance, la compétence multilingue et multiculturelle, la justice sociale, le développement durable…”

Le plan d’action décrit l’éducation à la citoyenneté mondiale comme “une stratégie essentielle pour relever les défis mondiaux ainsi que pour promouvoir l’égalité des sexes, faciliter l’éradication de la pauvreté et de la faim, renforcer les compétences, éliminer la corruption et prévenir la violence, y compris l’extrémisme violent“. Cette éducation “promeut une production et une consommation véritablement durables, en atténuant le changement climatique et ses effets, en protégeant nos eaux et la biodiversité, et en préservant les connaissances indigènes“.

Une communication efficace est assurément la clé de la citoyenneté mondiale. L’idée de citoyenneté mondiale implique une capacité à communiquer efficacement au-delà des frontières dans un esprit d’égalité et de réciprocité. Une telle capacité nous permet d’apprendre directement et de première main sur la vie des autres et sur les défis et les opportunités auxquels ils sont confrontés. Ainsi, la “compétence multilingue et multiculturelle” est une condition préalable nécessaire à de nombreuses autres exigences de la citoyenneté mondiale, car elle seule permet une telle égalité et réciprocité. Se contenter d’imposer notre langue aux autres est insuffisant et inégal. Ainsi, l’apprentissage des langues étrangères et l’appréciation des différences linguistiques et culturelles sont une partie essentielle de la citoyenneté mondiale. La promotion et la gestion de la diversité linguistique est le moyen le plus important de s’assurer que toutes les voix sont entendues, permettant à chacun d’avoir un lien direct avec les institutions qui le concernent et d’exercer une influence sur elles.

La citoyenneté mondiale exige que nous appréciions et gérions la diversité linguistique.[x] La plupart des citoyens du monde parlent plus d’une langue et, dans certaines sociétés, le plurilinguisme est nécessaire à la survie. Même dans des contextes largement monolingues, l’apprentissage d’une deuxième langue offre un meilleur accès au monde et élargit les frontières communicatives et psychologiques. La compréhension des autres ne compromet pas la loyauté des gens envers leur propre pays, mais renforce plutôt les liens communs partagés entre les gens, quelle que soit leur citoyenneté. Favoriser un sentiment d’unité dans la diversité permet aux gens d’éprouver de l’empathie pour les autres cultures, ce qui fait progresser la paix et crée une réticence à entrer en guerre avec ses voisins.

Le monde ne peut pas être défini par l’individualisme et l’atomise mais par l’interdépendance comme l’a expliqué Martin Luther King :[xi]

“Je suis conscient de l’étroite corrélation qui unit toutes les communautés et tous les États entre eux. Je ne peux pas rester les bras croisés à Atlanta et ne pas être préoccupé par ce qui se passe à Birmingham. Une injustice, où qu’elle ait lieu, est une menace pour la justice partout. Nous sommes irrémédiablement pris dans les mailles d’un même filet, qui est celui de la destinée humaine où nul ne peut échapper aux règles de la réciprocité. Ce qui concerne un seul d’entre nous nous concerne tous. “

La citoyenneté mondiale implique une prise de conscience de l’interdépendance et de l’interconnexion des individus et des systèmes. Elle englobe également un sens des responsabilités qui va de pair avec cette prise de conscience. Altinay affirme que pour traverser “les eaux dangereuses de notre interdépendance épique“, il faut un ensemble de principes directeurs qui permettront de donner forme à des “réponses éthiques et justes“, et il ajoute que, même si l’objectif de l’enseignement universitaire de premier cycle ne doit pas être d’imposer un ensemble de réponses “correctes”, “la pensée critique, l’empathie culturelle et les systèmes et choix éthiques” sont le fondement du jugement éthique et de la prise de décision qui en découle.[xii]

La langue, un moyen d’échange entre les cultures

La relation entre la langue et la culture est profondément ancrée. La langue est utilisée pour maintenir et transmettre la culture et les liens culturels. Les différentes idées découlent de l’utilisation différente de la langue au sein de sa culture et l’imbrication de ces relations commence dès la naissance.

Les implications de l’imbrication complète de la langue dans la culture, en ce qui concerne l’enseignement des langues et la politique linguistique, sont d’une grande portée. Les professeurs de langues doivent enseigner à leurs étudiants le contexte culturel de l’utilisation des langues, choisir des styles d’enseignement culturellement appropriés et explorer les différences linguistiques fondées sur la culture afin de promouvoir la compréhension plutôt que les idées fausses ou les préjugés. La politique linguistique doit être utilisée pour créer une prise de conscience et une compréhension des différences culturelles, et être rédigée de manière à intégrer les valeurs culturelles de ceux à qui l’on enseigne.

Selon Fatha Guessabi :[xiii]

“Garder la fenêtre ouverte, métaphoriquement, lors de l’apprentissage d’une langue étrangère signifie plus que l’acquisition de la connaissance linguistique et un tel effort devrait nécessairement se concentrer sur l’apprentissage de la manière d’interpréter et de créer une langue qui soit en accord avec les paramètres socioculturels acceptés du contexte spécifique. Il est universellement admis que sans la langue, il serait difficile de transmettre la culture selon les coordonnées spatiales ou générationnelles, tout comme il serait difficile de comprendre pleinement la langue sans référence au contexte culturel qui l’a générée. La langue porte toujours des significations et des références au-delà d’elle-même : les significations d’une langue particulière représentent la culture d’un groupe social particulier. Interagir avec une langue signifie le faire avec la culture qui est son point de référence. Nous ne pourrions pas comprendre une culture sans avoir un accès direct à sa langue en raison de leur lien intime.

Une langue particulière indique la culture d’un groupe social particulier. Apprendre une langue, ce n’est donc pas seulement apprendre l’alphabet, le sens, les règles de grammaire et l’arrangement des mots, mais c’est aussi apprendre le comportement de la société et ses coutumes culturelles. Donc ; L’enseignement des langues devrait toujours contenir une référence explicite à la culture, l’ensemble dont la langue particulière est extraite. “

La langue va au-delà de son rôle qui consiste à rendre la communication possible et devient un miroir qui reflète la vision du monde du locuteur. Il s’ensuit que la culture et la langue ne peuvent et ne doivent pas être traitées comme indépendantes l’une de l’autre dans l’enseignement des langues étrangères. Comme elles ne peuvent pas être divorcées, la question n’est pas d’inclure ou d’exclure la culture dans les programmes d’enseignement des langues étrangères, mais plutôt de choisir entre l’immersion délibérée et l’exposition non délibérée à celle-ci.

Partant du principe qu’une langue fait partie d’une culture et qu’une culture est implicite dans une langue, Douglas Brown explique que les deux sont intimement liés, de sorte qu’on ne peut les séparer sans perdre la signification de la langue ou de la culture.[xiv] Selon lui, la culture est profondément ancrée dans la fibre même de notre être, mais la langue – le moyen de communication entre les membres d’une culture – est l’expression la plus visible et la plus disponible de cette culture.[xv]

La connaissance de la culture, ou le fait d’être cultivé, fait une grande différence pour le locuteur en général et beaucoup plus pour le locuteur d’une deuxième langue. La façon dont l’apprenant utilise cette connaissance de l’environnement culturel étranger influence le résultat de la communication avec les locuteurs natifs. Si la culture est le modèle qui guide le comportement des personnes dans une communauté, la personne qui aspire à apprendre la langue étrangère doit également être sensible aux problèmes et aux attentes de ce groupe.

Comme les sociétés deviennent multiculturelles, l’une des questions les plus importantes auxquelles sont confrontés les éducateurs aujourd’hui est d’encourager le respect et la compréhension de la diversité culturelle qui conduira à la communication et à la coopération entre les personnes et entre les peuples. Le fait que les représentants de différentes cultures entrent en contact plus facilement et plus étroitement aujourd’hui par le biais de l’anglais est une raison suffisante pour intégrer la culture, parallèlement à la compétence linguistique, dans l’enseignement de l’anglais langue étrangère. Le corollaire de cette perspective est de considérer l’enseignement de la culture comme un moyen de développer une conscience et une sensibilité aux valeurs et aux traditions du peuple dont la langue est étudiée.

Langue et culture croisée pour une meilleure compréhension de l’autre

L’internet et les technologies modernes ont ouvert de nouveaux marchés qui nous permettent de promouvoir nos entreprises vers de nouveaux lieux géographiques et de nouvelles cultures. Et comme il peut désormais être aussi facile de travailler avec des personnes à distance que de travailler en face à face, la communication interculturelle est de plus en plus la nouvelle norme.

Après tout, si la communication est électronique, il est aussi facile de travailler avec quelqu’un d’un autre pays que de travailler avec quelqu’un de la ville voisine. Et pourquoi se limiter à travailler avec des personnes se trouvant à une distance pratique en voiture alors que, tout aussi commodément, on peut travailler avec les personnes les plus compétentes du monde entier ?

Pour ceux d’entre nous qui sont de langue maternelle anglaise, il est heureux que l’anglais semble être la langue que les gens utilisent s’ils veulent atteindre le public le plus large possible. Cependant, même pour les anglophones de naissance, la communication interculturelle peut être un problème : il suffit de voir l’incompréhension mutuelle qui peut parfois surgir entre des personnes de différents pays anglophones.

Dans ce nouveau monde, une bonne communication interculturelle est indispensable. Compte tenu des différents contextes culturels, cela pose de nouveaux défis de communication sur le lieu de travail. Même lorsque des employés situés dans des lieux ou des bureaux différents parlent la même langue (par exemple, les correspondances entre anglophones aux États-Unis et anglophones au Royaume-Uni), il existe certaines différences culturelles qui doivent être prises en compte dans un effort pour optimiser la communication entre les deux parties.

Pour le journal électronique suisse Les Elfes, le monde d’aujourd’hui comme disait McLuhan[xvi] dans les années 60 du siècle dernier, le monde est devenu “a planetary village“ :[xvii]

“Aujourd’hui, le monde est en train de devenir un village planétaire, avec de nombreux pays bénéficiant d’un environnement multiculturel. Comprendre les différentes cultures est non seulement essentiel, mais cela favorise également une coexistence ample. Au fur et à mesure que nous découvrons les diverses cultures, il convient de noter que nous sommes tous des individus. Plutôt que de généraliser, nous devrions nous traiter les uns les autres comme des individus. Cela contribuera grandement à créer un meilleur environnement où nous pourrons tous prospérer. “

Dans ce cas, une stratégie de communication efficace commence par la compréhension du fait que l’expéditeur et le destinataire du message sont de cultures et de milieux différents. Bien entendu, cela introduit une certaine incertitude, ce qui rend les communications encore plus complexes.

Sans entrer dans les cultures et sous-cultures, il est peut-être plus important pour les gens de réaliser qu’une compréhension de base de la diversité culturelle est la clé d’une communication interculturelle efficace. Sans nécessairement étudier en détail les cultures et les langues individuelles, nous devons tous apprendre à mieux communiquer avec les individus et les groupes dont la langue maternelle, ou la langue de choix, ne correspond pas à la nôtre.

Cependant, il est important d’apprendre les bases de la culture et au moins quelque chose sur la langue de communication dans les différents pays. Cela est nécessaire même pour le niveau de compréhension de base requis pour s’engager dans des salutations et des contacts physiques appropriés, ce qui peut être un domaine délicat sur le plan interculturel. Par exemple, embrasser un associé n’est pas considéré comme une pratique commerciale appropriée aux États-Unis, mais à Paris, un baiser sur chaque joue est une salutation acceptable. De plus, la poignée de main ferme qui est largement acceptée aux États-Unis n’est pas reconnue dans toutes les autres cultures.

Si de nombreuses entreprises proposent aujourd’hui des formations dans les différentes cultures où l’entreprise exerce ses activités, il est important que les employés qui communiquent entre les cultures pratiquent la patience et s’efforcent d’accroître leur connaissance et leur compréhension de ces cultures. Pour cela, il faut être capable de voir que les comportements et les réactions d’une personne sont souvent déterminés par la culture et que, même s’ils ne correspondent pas à la nôtre, ils sont culturellement appropriés.

Si un chef ou un manager d’une équipe qui travaille à travers les cultures ou qui intègre des individus qui parlent des langues différentes, qui pratiquent des religions différentes ou qui sont membres d’une société qui exige une nouvelle compréhension, il doit s’efforcer de transmettre cela.Tenez compte des besoins particuliers que peuvent avoir les membres de votre équipe. Par exemple, ils peuvent observer des jours fériés différents, ou même avoir des heures d’ouverture différentes. Tenez compte des différences de fuseaux horaires et veillez à ce que toutes les personnes concernées soient conscientes et respectueuses de ces différences.

D’une manière générale, la patience, la courtoisie et un peu de curiosité sont de mise. Et, si vous n’êtes pas sûr des différences qui peuvent exister, demandez-le simplement aux membres de l’équipe. Là encore, il est préférable de le faire en tête-à-tête, afin que personne ne se sente “mis sur la sellette” ou gêné, de discuter de ses propres besoins ou de ses différences.

Une communication interculturelle efficace

Dans le milieu de travail diversifié d’aujourd’hui, les questions de communication peuvent prendre une dimension supplémentaire de complexité. Chaque culture a son propre ensemble d’hypothèses et de tendances tacites lorsqu’il s’agit d’interactions face à face, et il peut parfois être difficile de faire passer son message efficacement. Même lorsqu’il n’y a pas de barrière linguistique, la communication interculturelle peut être difficile.

Voici dix principaux conseils pour une communication interculturelle efficace :

1. Respectez l’étiquette 

De nombreuses cultures ont une étiquette spécifique en ce qui concerne leur façon de communiquer. Avant de vous rencontrer, faites des recherches sur la culture cible ou, si le temps le permet, suivez une formation interculturelle. Par exemple, de nombreuses cultures attendent un certain degré de formalité au début de la communication entre les individus. Chaque culture a sa propre façon d’indiquer cette formalité : “Herr” et “Frau” en Allemagne, l’inversion des noms de famille et des prénoms en Chine et l’utilisation de “san” au Japon pour les hommes et les femmes, etc. Soyez conscient de ces signes de familiarité et ne sautez pas directement aux prénoms avant d’avoir reçu un signal de l’autre personne pour le faire.

2. Évitez l’argot

Même le plus instruit des non-anglophones n’aura pas une compréhension complète de l’argot, des idiomes et des dictons. Ils peuvent comprendre les différents mots que vous avez prononcés, mais pas le contexte ni le sens. Par conséquent, vous pourriez finir par les confondre ou, au pire, les offenser.

3. Parlez lentement

Même si votre langue est la langue commune dans une situation interculturelle, il n’est pas bon de parler à votre vitesse normale de conversation. Moduler votre rythme vous aidera, tout comme parler clairement et prononcer vos mots correctement. Divisez vos phrases en sections courtes et définissables et laissez à votre interlocuteur le temps de traduire et de digérer vos mots au fur et à mesure. Mais ne ralentissez pas trop, car cela pourrait sembler condescendant. Si votre interlocuteur parle trop vite ou si son accent vous empêche de le comprendre, n’hésitez pas à lui demander poliment de ralentir aussi.

4. Restez simple

Dans une conversation interculturelle, il n’est pas nécessaire de vous compliquer la vie à tous les deux en utilisant des grands mots. Il suffit de rester simple. Les mots de deux syllabes sont beaucoup plus faciles à comprendre que les mots de trois syllabes, et les mots d’une syllabe sont meilleurs que les mots de deux syllabes. Dites “Veuillez faire ceci rapidement” plutôt que “Veuillez faire ceci de manière efficace“.

5. Pratiquer l’écoute active

L’écoute active est une stratégie très efficace pour améliorer la communication interculturelle. Répétez ou résumez ce que l’autre personne a dit, pour vous assurer que vous l’avez bien compris, et posez des questions fréquentes. Cela permet d’établir un rapport et de s’assurer que des informations importantes ne sont pas manquées ou mal comprises.

6. Parlez à tour de rôle

Faites-en sorte que la conversation se déroule plus librement en prenant la parole à tour de rôle. Faites une remarque et écoutez ensuite la réponse de l’autre personne. En particulier lorsque les personnes parlent votre langue comme deuxième langue, il est préférable de leur parler dans le cadre de brefs échanges plutôt que de leur livrer un long monologue qu’elles pourraient avoir du mal à suivre.

7. Écrivez les choses

Si vous n’êtes pas sûr que l’autre personne vous a bien compris, écrivez le pour vous en assurer. Cela peut être particulièrement utile lorsque vous discutez de chiffres importants. Par exemple, au Royaume-Uni, on écrit un milliard comme étant 1 000 000 000 000 mais, par contre, aux États-Unis, c’est écrit 1 000 000 000 000 000.

8. Évitez les questions fermées

Ne posez pas une question qui nécessite une réponse par “oui” ou par “non”. Dans de nombreuses cultures, il est difficile ou gênant de répondre par la négative, de sorte que vous obtiendrez toujours un “oui” même si la vraie réponse est “non”. Posez plutôt des questions ouvertes qui nécessitent des informations comme réponse.

9. Faites attention à l’humour

De nombreuses cultures prennent les affaires très au sérieux et croient au comportement professionnel et au respect du protocole à tout moment. Par conséquent, elles n’apprécient pas l’utilisation de l’humour et des plaisanteries dans un contexte commercial. Si vous décidez d’utiliser l’humour, assurez-vous qu’il sera compris et apprécié dans l’autre culture et qu’il ne vous offensera pas. Sachez que le sarcasme a généralement un effet négatif à l’étranger.

10. Soyez solidaire

Une communication interculturelle efficace suppose que toutes les parties se sentent à l’aise. Dans toute conversation, traitez-les avec respect, faites de votre mieux pour communiquer clairement et encouragez-les lorsqu’elles vous répondent. Cela contribuera à renforcer leur confiance en vous.

Valeurs, identité culturelle et communication

Les problèmes de communication dans le dialogue interculturel surgissent généralement lorsque les communicateurs comprennent les concepts de sens et d’identité de manière étonnamment différente. En s’appuyant sur une distinction entre croyances et valeurs, il est avancé que la communication interculturelle échoue généralement lorsque les communicateurs ont des valeurs différentes et ne reconnaissent pas que les valeurs façonnées par la culture sont différentes des croyances et des pensées. Dans le cadre d’une approche herméneutique de la compréhension, il est expliqué comment la compréhension de la nature des valeurs peut aider à assurer une communication interculturelle réussie. Des cas de conflits culturels sont utilisés pour clarifier ce point et d’autres implications pratiques des analyses philosophiques qui sont développées.

Les problèmes de communication et de mauvais dialogue surviennent généralement lorsque des personnes issues de contextes sociaux et culturels différents ne se comprennent pas correctement. Même si un locuteur est réellement intéressé par la communication avec une autre personne, il est difficile d’assurer une communication réussie si les croyances de l’autre personne sur le monde sont très différentes de celles du locuteur, et si ce dernier en sait peu sur les croyances de l’autre.

Il est évident que la connaissance du contexte culturel d’une autre personne ne constitue pas une garantie de communication réussie. Parfois, un orateur est conscient qu’un public a certaines croyances et expériences façonnées par une histoire sociale et culturelle spécifique, mais il choisit néanmoins, plus ou moins consciemment, d’ignorer ce fait. En outre, un orateur peut attribuer à son public des croyances sans avoir de bonnes raisons de les avoir. Dans de tels cas, cependant, le problème n’est pas vraiment un problème de sens (Burge 1979 [xviii]) mais plutôt un problème de manque d’attitudes sympathiques. Ne pas ignorer le contexte socioculturel d’une autre personne ni avoir de préjugés à son égard est donc une condition nécessaire à une communication réussie.

Alors que la question de savoir quelles sont les attitudes sympathiques dont les communicateurs ont besoin pour pouvoir communiquer est essentiellement psychologique, les questions relatives aux croyances et à la compréhension partagées dans différents contextes sociaux et culturels appartiennent à ceux qui se préoccupent du sens (Davidson 1984[xix] ; Hale & Wright 1997[xx]). Dans quelle mesure les communicateurs doivent-ils comprendre une langue de la même manière pour pouvoir échanger et partager des croyances ? Comment des idées différentes sur la signification des mots ou des cadres d’interprétation étonnamment différents influeront-ils sur la réussite de la communication lorsque des personnes issues de contextes sociaux et culturels différents interagissent ?

En fonction des cadres théoriques et pratiques utilisés, nous pouvons aborder ces questions sous différents angles. Dans la philosophie moderne, une des principales sources d’inspiration dans les discussions sur la communication interculturelle a été la philosophie de Ludwig Wittgenstein (1953[xxi] ; 1980[xxii]). Un grand nombre de philosophes ont utilisé les idées de Wittgenstein sur les “jeux de langues”, les “ressemblances familiales” et les “formes de vie” pour discuter des dimensions culturelles de la communication et de l’utilisation des langues (Winch 1958[xxiii]).

Langue et dialogue des cultures

Le terme “dialogue” vient du grec “dia-logos“, largement mal traduit et mal compris en raison d’une confusion entre “duo” et “dia”.  Le terme “dialogue” ne signifie pas une conversation entre deux personnes ou deux groupes, mais l’acceptation, par deux participants ou plus, de comparer et d’opposer leurs arguments respectifs. Un élément essentiel à son succès est la langue qui sera parlée, pour échanger de tels points de vue.

À notre époque postcartésienne, les capacités humaines sont considérées comme des capacités intégrées et en interaction. Parler, penser, percevoir, avoir des émotions doivent être étudiées en interaction. L’intégration et l’interaction ont lieu dans le cadre d’un dialogue. Les chercheurs sont appelés à dépasser les méthodes réductrices d’abstraction et de division et à relever le défi de faire face à l’ensemble complexe. Les conclusions tirées du raisonnement sur le comportement humain dans les sciences humaines et sociales ont finalement été prouvées par des expériences dans les sciences naturelles, en particulier la neurologie et la sociobiologie. Ce qui se passe dans la boîte noire peut maintenant, du moins en partie, être rendu visible.

Le Conseil de l’Europe définit le dialogue interculturel dans les termes suivants :[xxiv]

“Dans le passé, le Conseil de l’Europe a rarement proposé une définition du dialogue interculturel (l’exception la plus importante est la « Déclaration d’Opatija » de 2003).

Le processus de consultation pour le « Livre blanc sur le dialogue interculturel » prendra pour référence la définition initiale suivante :

« Le dialogue interculturel est un échange de vues ouvert et respectueux entre des individus et des groupes appartenant à des cultures différentes, qui permet de mieux comprendre la perception du monde propre à chacun. »

Dans cette définition, l’expression « ouvert et respectueux» veut dire «fondé sur l’égalité des partenaires » ; « échange de vues » correspond à toute sorte d’interaction constructive qui révèle des particularités culturelles ; « groupes » recouvre tous les types de collectifs pouvant agir par le biais de leurs représentants (famille, communauté, associations, peuples) ; « culture » comprend tout ce qui est lié aux modes de vie, coutumes, croyances et autres choses qui nous ont été transmis de génération en génération, ainsi que les diverses formes de création artistique ; « perception du monde » signifie les valeurs et les modes de pensée. “

Dans leur ouvrage intitulé : Language and Culture in Dialogue, Andrew J. Strathern et Pamela J. Stewart[xxv] délimitent la relation entre “la langue en particulier” et “la culture en général” en mettant l’accent sur la langue en tant que pratique sociale et moyen de classification et d’interprétation du monde. Une approche linguistique traditionnelle de l’accent mis sur la langue est éclairée par l’accent anthropologique mis sur l’incarnation des relations et de l’expérience. Dans le livre, le corps est placé au premier plan pour comprendre la langue dans la culture, ce qui aide à son tour à comprendre comment elle nous permet de nous adapter au monde de l’expérience matérielle vécue. Rédigé dans un style accessible et s’appuyant sur un vaste corpus de recherches primaires sur le terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée, au Samoa, au Japon, à Taïwan, en Écosse et en Irlande, Strathern et Stewart présentent une anthropologie mondiale qui relie les approches européenne, nord-américaine et Asie-Pacifique du sujet. Les étudiants et les chercheurs en anthropologie socioculturelle, en anthropologie linguistique et en linguistique bénéficieront de ce travail passionnant sur la façon dont les différentes composantes de notre culture sont informées et façonnées par le langage.

La culture imprègne ce que nous sommes en tant qu’êtres humains, la façon dont nous agissons, dont nous pensons et, donc, dont nous parlons et même dont nous écoutons. Les êtres humains sont socialisés dans leur(s) contexte(s) culturel(s) spécifique(s), et la culture influence leur interaction les uns avec les autres.[xxvi] Un apprentissage réussi des langues nécessite une compréhension de la culture cible afin de faire un usage valable de la langue apprise. Pour comprendre une culture étrangère, les étudiants en langues doivent connaître les produits qui y sont liés et savoir les comparer à ceux de leur propre culture.

Pour réussir l’apprentissage d’une langue, il faut plus que la connaissance du vocabulaire et de la grammaire. Il est au moins aussi important de développer une compréhension de la culture différente afin de faire un usage valable de la langue apprise. La compétence interculturelle est considérée comme étant aussi importante que la communication et devrait faire partie intégrante du programme d’enseignement des langues. Cependant, l’inclusion de l’aspect culturel dans l’enseignement des langues a été un défi pour les enseignants. Un aspect important de la compréhension d’une autre culture est la connaissance de ses produits connexes, ainsi que la capacité à les comparer à ceux de leur propre culture. En mettant côte à côte les idées ou les produits de deux cultures, l’élève peut voir comment chacune d’elles se présenterait sous l’angle de l’autre et éviter les malentendus.[xxvii]

Contribuer à l’instauration d’une confiance mondiale et d’une coexistence pacifique par des initiatives de dialogue interculturel et interreligieux est l’un des trois objectifs centraux de la politique culturelle de l’humanité. Nous sommes appelés à promouvoir non seulement un dialogue des cultures, mais aussi une culture du dialogue par l’intermédiaire de la langue.[xxviii]

La mondialisation, en particulier au XXIe siècle, a considérablement accru l’accès aux données, informations et opinions disponibles au niveau mondial. Les défis auxquels nous sommes confrontés ne peuvent pas être résolus uniquement par l’établissement de normes, nous devons élargir notre compréhension commune de ces normes. L’importance d’une telle compréhension commune est déjà mentionnée dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), un document clé des relations internationales, qui a eu 70 ans en 2018.

Pour Leonard Orban, Commissaire européen au multilinguisme, dans un discours au groupe des intellectuels pour le dialogue interculturel à Bruxelles, le 29 juin 2007, a déclaré que les langues, sont un pont vers le dialogue interculturel et a ajouté que: [xxix]

“L’apprentissage des langues et la compréhension d’autres langues jettent des ponts entre les individus, les communautés et les cultures. Parler la langue d’un autre ne suffit pas, bien sûr, à résoudre tous nos problèmes. Mais c’est une fenêtre sur un autre point de vue, une autre perspective. Et un point de départ essentiel pour mieux se comprendre.

L’Europe d’aujourd’hui, l’Europe des 27 est, grâce aux élargissements, à l’ampleur et la facilité accrues de circulation entre pays, la mondialisation et les migrations, véritablement multiculturelle, réellement diverse. Cette Europe n’est pas un creuset dans lequel se fondent toutes les différences. Elle est une ode à la diversité. « L’unité dans la diversité », pour reprendre la devise de l’Union. Cette diversité n’est pas une menace. Elle serait plutôt un antidote contre la stagnation et la torpeur, une opportunité d’être curieux, d’apprendre, de confronter et d’apprécier. “

Interaction de la langue avec la culture

Le langage est un système de “symboles parlés, manuels ou écrits” par lequel les êtres humains s’expriment. Le langage nous aide à communiquer, à jouer et à imaginer. Le langage nous permet d’interagir avec le monde et de définir qui nous sommes.

L’origine du langage humain est relativement peu connue. Les linguistes pensent que le langage parlé, sous une forme ou une autre, a commencé avec les premiers humains, l’homo sapiens. Cependant, il n’existe aucune trace de ce premier langage pour nous montrer comment le langage a réellement commencé.

Tous les enfants en développement acquièrent une ou plusieurs langues pendant leur enfance en écoutant et en observant le discours qui les entoure. Cependant, il est important de noter qu’il n’y a pas deux personnes qui parlent exactement de la même façon. Nous avons tous nos propres modèles et habitudes de langage.

Pour les langues parlées dans diverses régions, chaque pays, culture ou communauté ajoute son propre vocabulaire et ses propres idéaux à la langue. Par conséquent, la langue nous permet de communiquer et d’établir des liens avec un groupe de personnes plus important, mais nous conservons notre individualité au sein de la langue.

La culture, ce sont les caractéristiques et les modes de pensée d’un groupe de personnes. En général, nous définissons la culture en utilisant les catégories externes évidentes : la langue, la religion, la cuisine, les arts et les traditions. Cependant, la culture va bien au-delà de cela. La culture nous apprend à penser, à interagir avec ceux qui nous entourent et à voir notre monde. C’est votre objectif culturel.

Le mot culture vient en fait du terme latin “colere” qui signifie faire pousser quelque chose de la terre. Dans un sens, notre culture est ce qui nous fait grandir ensemble. D’autre part, la culture est souvent utilisée pour catégoriser ou diviser les gens en groupes : La culture occidentale, la culture orientale, la culture africaine, la culture islamique, etc.

La langue et la culture sont entremêlées. Une langue particulière désigne généralement un groupe spécifique de personnes. Lorsque vous interagissez avec une autre langue, cela signifie que vous êtes également en interaction avec la culture qui parle cette langue. On ne peut pas comprendre sa culture sans accéder directement à sa langue.

Lorsque vous apprenez une nouvelle langue, il ne s’agit pas seulement d’apprendre son alphabet, la disposition des mots et les règles de grammaire, mais aussi de découvrir les coutumes et le comportement de la société en question. Lorsque l’on apprend ou enseigne une langue, il est important de se référer à la culture à laquelle la langue appartient, car la langue est très ancrée dans la culture.

L’expression “la langue est la culture et la culture est la langue” est souvent mentionnée lorsque l’on parle de langue et de culture. C’est parce que les deux ont une relation homologue bien que complexe. La langue et la culture se sont développées ensemble et se sont influencées mutuellement au cours de leur évolution. Dans ce contexte, Alfred L. Krober,[xxx] un anthropologue culturel américain, a déclaré que la culture a commencé lorsque la parole était disponible, et qu’à partir de ce moment, l’enrichissement de l’une a conduit l’autre à se développer davantage.

Si la culture est une conséquence des interactions des humains, les actes de communication sont leurs manifestations culturelles au sein d’une communauté spécifique. Ferruccio Rossi-Landi,[xxxi] un philosophe italien dont les travaux se sont concentrés sur la philosophie, la sémiotique et la linguistique, a dit qu’une communauté de la parole est constituée de tous les messages qui ont été échangés les uns avec les autres en utilisant une langue donnée, qui est comprise par la société entière. Rossi-Landi a ajouté que les jeunes enfants apprennent leur langue et leur culture de la société dans laquelle ils sont nés. Dans le processus d’apprentissage, ils développent également leurs capacités cognitives.

La langue est apprise, ce qui signifie qu’elle peut être transmise culturellement. Les enfants d’âge préscolaire acquièrent leur langue maternelle en étant exposés à des mots aléatoires qu’ils rencontrent dans leur foyer et à l’extérieur. Lorsqu’ils atteignent l’âge scolaire, on leur enseigne soit leur langue maternelle, soit une autre langue. S’il s’agit de la première langue, les enfants apprennent à écrire et à lire, à construire correctement des phrases et à utiliser la grammaire formelle. Toutefois, les connaissances initiales de l’enfant sur la structure et le vocabulaire essentiels de la première langue ont été acquises avant que l’enfant n’aille à l’école.

À l’inverse, la culture est en grande partie transmise, par la langue, par l’enseignement. Le langage est la raison pour laquelle les humains ont une histoire que les animaux n’ont pas. Dans l’étude du comportement des animaux au cours de l’histoire, les modifications de leur comportement ont été le résultat de l’intervention des humains par le biais de la domestication et d’autres types d’interférences. La culture des humains, d’autre part, est aussi différente que les langues du monde. Elles sont susceptibles d’évoluer avec le temps. Dans les pays industrialisés, les changements de langue sont plus rapides.

La culture ne s’apprend pas par imitation mais par instruction orale. Il peut y avoir de l’imitation, si l’apprenant est encore jeune. Avec la langue, les méthodes de contrôle social, les produits, les techniques et les compétences sont expliqués. La langue parlée offre une grande quantité d’informations utilisables pour la communauté. Cela permet d’accélérer l’acquisition de nouvelles compétences et les techniques d’adaptation à de nouveaux environnements ou à des circonstances modifiées.

L’avènement de l’écriture a accru le processus de diffusion de la culture. L’état permanent de l’écriture a facilité la diffusion de l’information. Le processus est encore accéléré par l’augmentation de l’alphabétisation et l’invention de l’imprimerie. Les techniques modernes de transmission rapide des communications à travers le monde grâce à la radiodiffusion et la présence de services de traduction dans le monde entier contribuent à rendre les connaissances utilisables accessibles aux gens partout dans le monde. Ainsi, le monde bénéficie du transfert, de la disponibilité et de l’échange rapides des connaissances sociales, politiques, technologiques et scientifiques.

A la question : “ Langue ou culture – qui est arrivé en premier ? “ Vanessa Anderson écrit dans Mars Translation :[xxxii]

“La langue est une partie intégrante nécessaire à l’établissement de la culture.

La communication est le besoin humain fondamental, n’est-ce pas ? Dès le départ, les êtres humains communiquent et interagissent entre eux de différentes manières. Ainsi, pour des raisons évidentes, la langue est venue en premier.

La langue est la source ainsi que l’essence d’une culture.

Avec le temps, de nombreuses langues ont évolué et aujourd’hui, un grand nombre de langues sont parlées dans le monde entier. Le savez-vous ?

Sur plus de 7000 langues, seules 200 existent actuellement sous forme parlée et écrite, alors que de nombreuses langues sont aujourd’hui éteintes.

Il n’est pas faux de dire que la complexité des langues a augmenté avec le temps, tout comme la diversité culturelle. Les langues évoluent, principalement en raison de leur association avec la culture. “

La transition vers le nouveau paradigme anthropologique qui a eu lieu dans les sciences au début du XXIe siècle a encouragé la formation et le développement d’un certain nombre de disciplines humanitaires combinant d’une manière ou d’une autre les deux systèmes – langue et culture. Il y a plusieurs types d’interaction entre la langue et la culture au sein de la sociolinguistique, de l’ethnolinguistique, des études linguistiques et culturelles, et de la linguistique culturelle. Afin de décrire l’interaction entre la langue et la culture comme un problème complexe, une unité spéciale a été créée qui combine les deux phénomènes – la langue et la culture. Il est nécessaire de s’intéresser à l’interrelation entre concept et mot, concept et signification, concept et notion, ainsi que de la question des approches de l’expression du concept dans la langue.

Quels sont les avantages de la communication interculturelle ?

La communication interculturelle est une discipline qui étudie la communication entre différentes cultures et groupes sociaux, ou la manière dont la culture affecte la communication. Elle implique également la compréhension des différentes cultures, langues et coutumes des personnes d’autres pays.

La communication interculturelle est l’interaction des personnes, elle se heurte à certaines barrières : les préjugés, l’anxiété, et l’ethnocentrisme. Toutefois, la langue et l’hypothèse de similitude sont les plus importants à prendre en compte.

La communication interculturelle cherche à comprendre les différences dans la façon dont les personnes de cultures différentes agissent, communiquent et perçoivent le monde qui les entoure. La culture a un impact important sur la façon dont les gens mènent leurs affaires ; par conséquent, les implications culturelles sont essentielles pour réussir dans un contexte international.

La communication interculturelle est la communication que les différentes cultures et groupes sociaux utilisent pour communiquer dans leur vie quotidienne. Les exemples de communication interculturelle peuvent être constitués de nombreux facteurs. Le langage corporel : aux États-Unis, les familles se saluent normalement en se faisant signe et c’est tout.

La différence de langue rend les entreprises commerciales internationales difficiles à adapter à l’environnement et à la culture locale. Par exemple, la société Coca-Cola a un jour essayé de trouver un équivalent phonétique de sa marque à utiliser en Chine et a pensé à utiliser le KeKou-KeLa.

La communication interculturelle offre la possibilité de communiquer entre les cultures, ce qui est de plus en plus important, car le monde devient plus petit. Pouvoir gérer cette différence culturelle en toute sérénité, sans parler de la créativité et de l’innovation, devient une question de survie pour s’épanouir dans un monde globalisé en tant que leader mondial.

En outre, quels sont les effets de la communication interculturelle ? Au fur et à mesure que les besoins d’autonomie et d’intimité se réalisent, l’attraction mutuelle augmente, la confiance mutuelle s’accroît, l’accès au soutien social s’améliore, l’intégration des réseaux relationnels s’accroît, la compétence relationnelle s’accroît.

Les avantages d’une relation interculturelle sont :

  • Apprendre une autre culture. Faire l’expérience d’une autre culture est l’un des plus grands avantages d’une relation interculturelle.
  • Diffuser l’acceptation de la diversité. Les relations interculturelles et interraciales diffusent un message d’acceptation de la diversité à une communauté.
  • Enfants interraciaux.
  • Les relations interculturelles sont moins taboues.

Qu’est-ce qu’une communication interculturelle efficace ? La communication interculturelle efficace est la communication entre des personnes ayant plusieurs contextes culturels. Les conditions d’une communication interculturelle efficace sont les suivantes : le respect des autres cultures, la connaissance des autres cultures et de sa propre culture, et la connaissance des différents codes culturels.

Il y a cinq principaux indicateurs de compétences interculturelles :

  • Une bonne communication tout au long d’un entretien.
  • La capacité à parler des langues étrangères.
  • Démonstration d’une sensibilité culturelle.
  • Expérience d’études à l’étranger.
  • Expérience de travail à l’étranger.

La diversité culturelle est la qualité de cultures diverses ou différentes, par opposition à la monoculture, à la monoculture mondiale ou à une homogénéisation des cultures, qui s’apparente à un déclin culturel. L’expression “diversité culturelle” peut également faire référence au fait que des cultures différentes respectent les différences des autres.

La compétence interculturelle est la capacité de fonctionner efficacement dans toutes les cultures, de penser et d’agir de manière appropriée, de communiquer et de travailler avec des personnes d’origines culturelles différentes, dans son pays ou à l’étranger. La compétence interculturelle est un atout précieux dans un monde de plus en plus globalisé où nous sommes plus susceptibles de nous retrouver.

Conclusion : Langue, culture et perception

Le monde sans langage devient inimaginable, puisque le langage rend possible l’articulation de nos pensées et de l’expérience humaine. Grâce à une connexion interactive avec des symboles, des signes et des sons, le langage nous permet d’exprimer des concepts complexes tout en nous permettant de traiter et de transmettre l’abstrait, créant ainsi un environnement de communication par l’échange d’idées.

Les facteurs culturels qui façonnent notre compréhension et notre interprétation des connaissances par le biais du langage nous guident vers une vision du monde spécifique qui est conforme à la réalité de cette communauté culturelle particulière. Ces éléments sont transmis de génération en génération et continuent de vivre à travers la langue parlée. Les théories d’Edward Sapir[xxxiii] sur le pouvoir de la langue proviennent en partie du concept de dissuasion linguistique, qui soutient que la langue a un effet sur notre façon de reconnaître le monde.[xxxiv] Beaucoup de ces éléments se manifestent à travers différentes formes culturelles d’expression, comme la religion, la politique et les traditions sociales. Il est important de reconnaître la métamorphose de la langue et son influence sur nos visions du monde spécifiques et sur les perspectives acceptées de la réalité, car cela nous permet d’éviter de tomber dans des formes d’interprétation étroites qui comprennent le monde à travers un lien limité avec des connaissances qui proviennent de perspectives culturelles et historiques prédéterminées.

La culture et la langue influencent nos points de vue et façonnent peut-être notre interaction avec le monde. Notre vision du réel est liée à notre interprétation culturelle héritée du monde ainsi qu’aux éléments interconnectés du langage et de la pensée humaine. Nous devons prendre conscience de cette relation entre la langue, la culture et le développement de visions du monde et de la pensée fondamentaliste afin de pratiquer une approche plus flexible qui non seulement tolère des vues et des opinions différentes, mais qui s’épanouit aussi dans l’exploration d’autres modes de pensée en tant que moyen d’élargir la connaissance elle-même. Lorsqu’il parle des pissenlits dans son livre, The Anthropology of Language, Ottenheimer déclare :[xxxv]

“Mais dans votre culture, les pissenlits sont une sorte de laitue et peuvent être mis en salade et dans ma culture, les pissenlits sont une sorte de mauvaise herbe et doivent être arrachés des pelouses et des jardins et jetés.”

Alors que notre vision du monde est influencée par notre lien avec la langue et la culture, prospérons dans la reconnaissance d’une sous-représentation qui explore le monde à travers sa multiplicité de compréhensions. L’assimilation de la pensée dans un milieu qui revendique une certitude absolue ne tient pas compte du fait que les pissenlits sont beaux et délicieux tout en étant laids et indésirables à la fois. Respectons nos diverses perspectives tout en nous efforçant d’avoir des visions qui aspirent à des vérités et à des compréhensions du monde à travers la diversité plutôt qu’à travers une vérité ou une définition unique.

Diverses méthodes d’engagement avec la vérité nous permettent d’élargir les connaissances à travers une variété de perspectives. Huston Smith nous rappelle que :[xxxvi]

“le monde n’est pas tel que la science le dit ; il est tel que la science, la philosophie, la religion, les arts et les discours quotidiens le disent.”

L’intégration de la pensée humaine, issue de tous les domaines de la créativité, à la recherche de sens est essentielle pour atteindre une connaissance non conventionnelle. Dans son livre, Exploring the Philosophy of Religion, David Stewart mentionne :[xxxvii]

“Il n’y a pas de fiabilité, seulement des religions.”  

C’est dans la reconnaissance de nos propres interprétations limitées que le processus de croissance et de découverte devient illimité grâce à la compréhension du fait que notre vision du monde est valable sans qu’il soit nécessaire d’en rejeter ou d’en démanteler d’autres.

Le besoin humain d’expression et de contact nous relie à l’origine du langage. Une fois ce lien établi, les composantes culturelles de la langue commencent à développer une relation interactive entre nos traditions et nos expériences de vie verbale en tant que société. C’est à travers cette association que notre monde prend forme et que la perception de notre monde est définie par la culture et la langue.

Ce lien entre la langue et la pensée humaine devient notre réalité culturelle, ainsi que le moyen par lequel nous sommes en relation les uns avec les autres. Grâce à l’interdépendance de la langue et de ses composantes culturelles, la manière dont nous apprenons et reconnaissons le monde est prédéterminée et dépend de notre système spécifique de symboles et de sons utilisés au sein de nos communautés, développant ainsi notre sens de la réalité et notre identité culturelle.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

End Notes :


[i] Cf. Jandt F. An introduction to intercultural communication: identities in a global community. Thousand Oaks, CA: Sage, 2006 :40.

[ii] Cf. Kim, D. “Learning Language, Learning Culture: Teaching Language to the Whole Student, “in ECNU Review of Education, Volume: 3 issue: 3, 2020: 519-541. https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2096531120936693

“Language teachers have always known that learning an additional language requires learning about another culture. This is, in fact, one of the primary reasons for learning languages—to experience a different culture from the inside, so as to empathize with a broader range of others and to enrich one’s ability to appreciate varied human experiences. The most successful language learners learn culture and language together, such that teaching language and teaching culture cannot be separated (Ho, 2009; Valdes, 1986). Learning a language does of course require mastery of vocabulary and syntax. But language teachers sometimes underestimate the value of teaching culture, such that the potential of language learning for creating cultural understanding is not realized (Rao, 2002). “

[iii] Cf. Israel, R.C. “What does it mean to be a global citizen? “, in Kosmos, printemps, été 2012. http://www.kosmosjournal.org/article/what-does-it-mean-to-be-a-global-citizen.

[iv] Oxfam International. https://www.oxfam.org/en

[v] Oxfam GB. Education for Global Citizenship: A Guide for Schools, 2006. http://www.oxfam.org.uk/~/media/Files/Education/Global%20Citizenship/education_for_global_citizenship_a_guide_for

[vi] Cf. Israel, R.C. “What does it mean to be a global citizen? “ op. cit.

[vii] Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture -UNESCO-. « Global Citizenship Education », 2015. http://en.unesco.org/gced.

[viii] Cf. Carlin, S. ; Choi, Y. “Le rôle de la société civile dans la promotion de la citoyenneté mondiale“, in UN.org, 2016. https://www.un.org/fr/chronicle/article/le-role-de-la-societe-civile-dans-la-promotion-de-la-citoyennete-mondiale

[ix] https://www.un.org/press/fr/2016/ong826.doc.htm

[x] Cf. Chen, Y. “Becoming Global Citizens through Bilingualism: English Learning in the Lives of University Students in China,“ in Education Research International, vol. 2011. https://www.hindawi.com/journals/edri/2011/805160/

[xi] Cf. Martin Luther King, Jr., « Letter from a Birmingham jail », 16 avril 1963, in Why We Can’t Wait, Martin Luther King, Jr.New York: New American Library, Penguin Group, 1963: 65. http://okra.stanford.edu/transcription/document_images/undecided/630416-019.pdf.

[xii] Cf. Altinay, Hakan. The Case for Global Civics. Global Economy and Development Working Paper 35.  Washington, DC.: The Brookings Institution, 2010.

[xiii] Cf ; Guessabi, Fatiha. “Brouiller la frontière entre langue et culture, “ in Language Magazine, 2017. https://www.languagemagazine.com/blurring-the-line-between-language-and-culture/

[xiv] Cf. Brown, H.D.  1994. Principles of Language Learning and Teaching. Upper Saddle River, New Jersey: Prentice Hall Regents, 1994: 164.

[xv] Ibid. 170.

[xvi] Herbert Marshall McLuhan (21 juillet 1911 – 31 décembre 1980) était un philosophe canadien, dont les travaux comptent parmi les pierres angulaires de l’étude de la théorie des médias. Né à Edmonton, Alberta, McLuhan a étudié à l’Université du Manitoba et à l’Université de Cambridge. Il a commencé sa carrière d’enseignant en tant que professeur d’anglais dans plusieurs universités aux États-Unis et au Canada avant de rejoindre l’université de Toronto en 1946, où il est resté jusqu’à la fin de sa vie.

McLuhan a inventé l’expression “le médium est le message” et le terme “village planétaire“, et a prédit le World Wide Web près de 30 ans avant son invention. Il a fait partie intégrante du discours médiatique à la fin des années 60, bien que son influence ait commencé à s’affaiblir au début des années 70. Dans les années qui ont suivi sa mort, il a continué à être une figure controversée dans les milieux universitaires. Toutefois, avec l’arrivée d’Internet et du World Wide Web, l’intérêt pour son travail et sa perspective a été renouvelé.

Cf. Marchessault, Janine (2005). Marshall McLuhan: Cosmic Media. London: SAGE Publications, 2005. 

[xvii] Les Elfes. “ Quels sont les avantages de comprendre différentes cultures ? “in Les Elfes International du 4 novembre 2019. https://leselfes.com/understanding-different-cultures/

[xviii] Cf. Burge, Tyler et al. “Individualism and the Mental “, in Midwest Studies in Philosophy, 4 :73, 1979.

http://dx.doi.org/10.1111/j.1475-4975.1979.tb00374.x

[xix] Cf. Davidson, Donald. Inquiries into Truth and Interpretation. Oxford: Clarendon Press, 1984.

Dans une nouvelle édition, ce volume met à jour l’exceptionnel ouvrage de Davidson, Inquiries into Truth and Interpretation (1984), qui expose sa philosophie du langage, dont l’influence est énorme. Le volume original reste un point de référence central, et un foyer de controverse, avec son impact étendant la théorie linguistique, la philosophie de l’esprit et l’épistémologie. Abordant une question centrale, à savoir ce que les mots signifient, et présentant un essai supplémentaire, non encore collecté, cet ouvrage intéressera un large public de philosophes, de linguistes et de psychologues.

[xx] Cf. Hale, B.; Wright, C (eds.). A Companion to the Philosophy of Language. Oxford : Blackwell, 1997.

[xxi] Cf. Wittgenstein, Ludwig. Philosophical Investigations: The German Text, with a Revised English Translation. Oxford: Blackwell, 1953.

Ludwig Josef Johann Wittgenstein (26 avril 1889 – 29 avril 1951) était un philosophe austro-britannique qui a travaillé principalement dans le domaine de la logique, de la philosophie des mathématiques, de la philosophie de l’esprit et de la philosophie du langage.

De 1929 à 1947, Wittgenstein a enseigné à l’université de Cambridge. De son vivant, il n’a publié qu’un petit livre (le Tractatus Logico-Philosophicus de 75 pages, 1921), un article (“Some Remarks on Logical Form“, 1929), une critique de livre et un dictionnaire pour enfants. Ses manuscrits volumineux ont été édités et publiés à titre posthume. Le premier et le plus connu de cette série posthume est le livre “Investigations philosophiques“, publié en 1953. Son professeur, Bertrand Russell, a décrit Wittgenstein comme :

“peut-être l’exemple le plus parfait que je n’ai jamais connu du génie tel qu’il est traditionnellement conçu ; passionné, profond, intense et dominant. “

Né à Vienne dans l’une des familles les plus riches d’Europe, il a hérité d’une fortune de son père en 1913. Il a d’abord fait quelques dons à des artistes et des écrivains, puis, dans une période de grave dépression personnelle après la Première Guerre mondiale, il a donné toute sa fortune à ses frères et sœurs. Trois de ses quatre frères se sont suicidés, ce que Wittgenstein avait également envisagé. Il a quitté le monde universitaire à plusieurs reprises : il a été officier de première ligne pendant la Première Guerre mondiale, où il a été décoré à plusieurs reprises pour son courage ; il a enseigné dans des écoles de villages autrichiens reculés où il a été confronté à la controverse pour avoir frappé des enfants lorsqu’ils faisaient des erreurs en mathématiques ; et il a travaillé comme portier d’hôpital pendant la Seconde Guerre mondiale à Londres, où il disait aux patients de ne pas prendre les médicaments qui leur étaient prescrits tout en réussissant en grande partie à garder secret le fait qu’il était l’un des philosophes les plus célèbres du monde.

Sa philosophie est souvent divisée en une première période, illustrée par le, et une période plus tardive, articulée principalement dans les Investigations philosophiques. Le “Wittgenstein primitif” s’intéressait à la relation logique entre les propositions et le monde et il pensait qu’en rendant compte de la logique sous-jacente à cette relation, il avait résolu tous les problèmes philosophiques. Le “Wittgenstein postérieur”, cependant, a rejeté de nombreuses hypothèses du Tractatus, arguant que la meilleure façon de comprendre le sens des mots est de les utiliser dans un jeu linguistique donné.

[xxii] Ibid.

Considéré par certains comme le plus grand philosophe du XXe siècle, Ludwig Wittgenstein a joué un rôle central, bien que controversé, dans la philosophie analytique du XXe siècle. Il continue à influencer la pensée philosophique actuelle sur des sujets aussi divers que la logique et le langage, la perception et l’intention, l’éthique et la religion, l’esthétique et la culture. À l’origine, il y avait deux étapes communément reconnues de la pensée de Wittgenstein – la première et la dernière – qui ont toutes deux été considérées comme cruciales à leurs époques respectives. Dans les recherches plus récentes, cette division a été remise en question : certains interprètes ont revendiqué une unité entre toutes les étapes de sa pensée, tandis que d’autres parlent d’une division plus nuancée, ajoutant des étapes comme le Wittgenstein moyen et le troisième Wittgenstein. Pourtant, il est communément admis que le Wittgenstein primitif est incarné dans son Tractatus Logico-Philosophicus. En montrant l’application de la logique moderne à la métaphysique, par le biais du langage, il a apporté de nouvelles idées sur les relations entre le monde, la pensée et le langage et donc sur la nature de la philosophie. C’est le dernier Wittgenstein, surtout reconnu dans les Investigations philosophiques (Philosophical Investigations), qui a pris la mesure la plus révolutionnaire en critiquant toute la philosophie traditionnelle, y compris son point culminant dans ses propres travaux. La nature de sa nouvelle philosophie est annoncée comme étant anti-systématique de bout en bout, tout en restant propice à une véritable compréhension philosophique des problèmes traditionnels.

[xxiii] Cf. Winch, P. The Idea of a Social Science and its Relation to Philosophy. London: Routledge, (1958) 1991.

Publié à l’origine en 1958, The Idea of a Social Science and Its Relation to Philosophy était une exploration marquante des sciences sociales, écrite à une époque où ce domaine était encore jeune et n’avait pas encore rejoint les sciences humaines et naturelles comme troisième grand domaine de l’Académie.

Défenseur passionné de l’importance de la philosophie pour une compréhension complète de la “société” face à ceux qui la considèrent comme une quête de “tours d’ivoire” sans intérêt, Winch s’appuie sur les travaux de penseurs tels que Ludwig Wittgenstein, J.S. Mill et Max Weber pour défendre son point de vue. Ce faisant, il aborde la possibilité et la pratique d’une “science de la société” complète.

[xxiv] Conseil de l’Europe. “ Le concept du dialogue interculturel. “ https://www.coe.int/t/dg4/intercultural/concept_FR.asp?

[xxv] Cf. Strathern A. J. et. Stewart, P. J. Language and Culture in Dialogue. Milton Park, Abingdon, Oxfordshire: Routledge, 2020.

“S’appuyant sur des recherches ethnographiques multi temporelles, des Highlands de Papouasie-Nouvelle-Guinée aux Highlands d’Écosse et à d’autres endroits, les auteurs explorent la pensée classique et contemporaine relative à la langue et à la culture humaines. Ils présentent les complexités des débats passés, les théories actuelles et les idées émergentes sur la langue et la culture humaines dans une exposition concise et sans jargon qui interpelle, informe et éclaire. Une contribution brillante qui démontre le meilleur de l’érudition académique. Hautement recommandé. – Naomi M. McPherson, Université de Colombie britannique, Canada Je recommande ce livre à tous ceux qui s’intéressent à la relation entre le langage et la pensée, en d’autres termes, à presque tout le monde ! Le texte offre un regard neuf et fascinant sur le langage, dans toute sa complexité. La langue est trop importante pour être laissée aux seuls linguistes. “ – Alan Barnard, Université d’Édimbourg, Royaume-Uni.

[xxvi] Cf. Weigand, E; (ed.). The Routledge Handbook of Language and Dialogue. Milton Park, Abingdon, Oxfordshire: Routledge, 2017.

[xxvii] Cf. McConachy, M. Developing Intercultural Perspectives on Language Use. Exploring Pragmatics and Culture in Foreign Language Learning. Bristol, England: Multilingual Matters – De Gruyter, 2017.

[xxviii] Cf. Grein, M. et Weigand, E. Dialogue and Culture. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company, 2007.

Cet ouvrage traite de la relation entre langue, dialogue, nature humaine et culture en se concentrant sur une approche qui considère la culture comme un élément crucial de l’interaction dialogique. La première partie fait référence au débat dit de l’instinct linguistique entre nativistes et empiristes et introduit une position médiatrice qui considère que la langue et le dialogue sont déterminés à la fois par la nature humaine et la culture. Cela définit le cadre des contributions de la deuxième partie qui propose différentes positions théoriques sur la manière d’aborder les façons dont la culture influence le dialogue. La partie III présente des études plus empiriques qui démontrent l’interaction des composantes du jeu mixte et se concentrent, en particulier, sur des jeux d’action spécifiques, la politesse et certains moyens de communication verbaux.

[xxix] Commission Européenne. “Discours de Leonard Orban Commissaire européen au multilinguisme, “ du 29 juin 2007. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/SPEECH_07_448

[xxx] Alfred Louis Kroeber, (né le 11 juin 1876 à Hoboken, N.J., États-Unis – mort le 5 octobre 1960 à Paris, France), anthropologue américain influent de la première moitié du XXe siècle, dont la préoccupation première était de comprendre la nature de la culture et ses processus. Son intérêt et sa compétence s’étendaient à l’ensemble de l’anthropologie, et il a apporté de précieuses contributions à l’ethnologie des Indiens d’Amérique, à l’archéologie du Nouveau-Mexique, du Mexique et du Pérou, ainsi qu’à l’étude de la linguistique, du folklore, de la parenté et de la structure sociale. Sa carrière a presque coïncidé avec l’émergence d’une anthropologie universitaire et professionnalisée aux États-Unis et a contribué de manière significative à son développement.

Cf. Kroeber, Theodora. Alfred Kroeber; A Personal Configuration. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, 1970.

[xxxi] Ferruccio Rossi-Landi (1921—1985).

Les travaux de Ferruccio Rossi-Landi, qui ont débuté dans les années cinquante et se sont terminés au milieu des années quatre-vingts, vont de la philosophie et de la linguistique à la sémiotique. À travers son “schéma homologique”, la production matérielle et linguistique est conçue comme le résultat d’un processus unique, propre à l’être humain et qui peut être compris au mieux en termes de travail et de commerce.

Cf. Rossi-Landi, F. Semiotica e ideologia. Milano: Bompiani, 1972.

[xxxii] Cf. Anderson, V. “Relationship Between Language and Culture, “in Mars Translation du 29 janvier 2020. https://www.marstranslation.com/blog/language-and-culture

[xxxiii] Edward Sapir (26 janvier 1884 – 4 février 1939) était un anthropologue-linguiste américain, qui est largement considéré comme l’une des figures les plus importantes dans le développement de la discipline de la linguistique aux États-Unis.

Sapir est né en Poméranie allemande. Sa famille a émigré aux États-Unis d’Amérique lorsqu’il était enfant. Il a étudié la linguistique germanique à Columbia, où il a subi l’influence de Franz Boas, qui l’a inspiré à travailler sur les langues amérindiennes. Tout en terminant son doctorat, il est allé en Californie pour travailler avec Alfred Kroeber à la documentation des langues indigènes de cette région. Il a été employé par la Commission géologique du Canada pendant quinze ans, où il s’est imposé comme l’un des plus importants linguistes d’Amérique du Nord, l’autre étant Leonard Bloomfield. On lui a proposé un poste de professeur à l’université de Chicago, et il y est resté pendant plusieurs années, continuant à travailler pour la professionnalisation de la discipline de la linguistique. À la fin de sa vie, il était professeur d’anthropologie à Yale, où il ne s’est jamais vraiment intégré. Parmi ses nombreux étudiants figuraient les linguistes Mary Haas et Morris Swadesh, et des anthropologues tels que Fred Eggan et Hortense Powdermaker.

Avec son bagage linguistique, Sapir est devenu le seul étudiant de Boas à développer le plus complètement possible la relation entre la linguistique et l’anthropologie. Sapir a étudié les façons dont la langue et la culture s’influencent mutuellement, et il s’est intéressé à la relation entre les différences linguistiques et les différences dans les visions culturelles du monde. Cette partie de sa réflexion a été développée par son étudiant Benjamin Lee Whorf dans le principe de la relativité linguistique ou l’hypothèse “Sapir-Whorf”. En anthropologie, Sapir est connu comme l’un des premiers partisans de l’importance de la psychologie pour l’anthropologie, soutenant que l’étude de la nature des relations entre les différentes personnalités individuelles est importante pour la façon dont la culture et la société se développent.

Parmi ses principales contributions à la linguistique, on peut citer sa classification des langues indigènes des Amériques, sur laquelle il s’est appuyé pendant la majeure partie de sa vie professionnelle. Il a joué un rôle important dans le développement du concept moderne du phonème, faisant ainsi progresser considérablement la compréhension de la phonologie.

Ouvrages :

Sapir, Edward. Herder’s “Ursprung der Sprache”. Chicago: University of Chicago Press, 1907.

Sapir, Edward; Curtin, Jeremiah. Wishram texts, together with Wasco tales and myths. Leiden: E.J. Brill, 1909.

Sapir, Edward. Yana Texts. Berkeley, California: Berkeley University Press. 1910.

Sapir, Edward. A sketch of the social organization of the Nass River Indians. Ottawa: Government Printing Office, 1915.

Sapir, Edward. Noun reduplication in Comox, a Salish language of Vancouver Island. Ottawa: Government Printing Office, 1915.

Sapir, Edward. Time Perspective in Aboriginal American Culture, A Study in Method. Ottawa: Government Printing Bureau, 1916.

Sapir, Edward. Dreams and Gibes. Boston: The Gorham Press, 1917.

Sapir, Edward. Language: An introduction to the study of speech. New York: Harcourt, Brace and Company, 1921.

[xxxiv] Déterminisme linguistique : l’idée que la langue affecte, voire détermine, votre capacité à penser aux choses ainsi qu’à en parler (Ottenheimer, 2005 : 265 voir la référence ci-dessous).

[xxxv] Cf. Ottenheimer, Harriet Joseph. The Anthropology of Language: An Introduction to Linguistic Anthropology. Belmont: Wadsworth, 2005.

[xxxvi] Cf. Smith, Huston. Forgotten Truth the Common Vision of the World’s Religions. New York : HarperOne, 1992.

[xxxvii] Cf. Stewart, David. Exploring the Philosophy of Religion (6th Edition). Upper Saddle River: Prentice Hall, 2006.


Dr. Mohamed Chtatou

Professeur universitaire et analyste politique international

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments