Joyeux Anniversaire “Le Monde Amazigh“, Longue vie aux Imazighen


“Le Monde Amazigh“ fête son 19ème ANNIVERSAIRE : âge de raison, âge de maturité.

Un journal pas comme les autres, unique en son genre,

Courageux comme les gens qu’il représente,

Mais plein de convivialité et compassion.

Un journal porte-étendard de la cause amazighe, une cause juste et sacrée,

La cause de tout un peuple de l’Egypte aux Iles Canaries et de Nador à Tombouctou : espace TAMAZGHA.

“Le Monde Amazigh“ est surtout un porte-voix des peuples amazighs auxquels des dictateurs ont enlevé la voix, et auxquels les oppresseurs, au nom d’une union mythique, ont refusé la singularité,

“Le Monde Amazigh“ est un combat pour la reconnaissance d’une civilisation de 6000 ans, sinon plus.

“Le Monde Amazigh“ est un forum pour une culture millénaire,

Un espace pour tous les peuples opprimés du monde,

Un espoir,

Un cri strident pour la justice صرخة لابد منها dans un silence assourdissant,

Un combat de chaque jour pour.

“Le Monde Amazigh“ est une quête pour un dialogue des cœurs,

Une harmonie universelle des peuples

Amina Bencheikh
Rachid Raha

“Le Monde Amazigh“ est un rêve fou

D’un couple sympathique : Amina Ibnatou Cheikh et Rachid Raha

Qui est devenu une réalité pour tous les Amazighs du monde

Et qui débute sa troisième décennie dans la joie et la détermination.

“Le Monde Amazigh“ est une berceuse

Chantée par le regretté Idir sous le nom d’“ A Vava Inou Va“

Mais aussi un hymne de fête et de joie pastorale : “Zwit Trwit“

“Le Monde Amazigh“ est aussi une danse Ahidous

Menée de main de maître par le regretté maestro Mouha Oulhoucine Achibane.

“Le Monde Amazigh“ c’est tous les immigrés en Europe, Amérique, Afrique et Asie

Qui portent dans leur cœur la trinité amazighe :

Ddam (sang, appartenance, et identité), Akal/Achar (terre, terroir et patrie), Tamazight (langue).

“Le Monde Amazigh“ c’est un monde d’hommes et femmes libres et fiers.

Joyeux anniversaire “Le Monde Amazigh“

Et longue vie “Le Monde Amazigh“ et tous les médias amazighs indépendant,

Vous êtes notre fierté millénaire,

Nous vous portons dans notre cœur,

Pour l’éternité des éternités.

Nous sommes tous “Le Monde Amazigh“ “كلنا “العالم الامازيغي

Maestro Mouha Oulhoucine Achibane, fierté du monde amazigh

Imazighen : leur histoire s’étend sur 9 000 ans

Les Imazighen (au singulier Amazigh), ou Berbères, font partie des peuples originels d’Afrique du Nord. Leurs mythes, leurs légendes et leur histoire s’étendent sur 9 000 ans et remontent aux Proto-méditerranéens. Ils ont réalisé leur unité en conservant leur langue et leur culture uniques qui sont, comme leur terre, à la fois africaines et méditerranéennes.

Les Amazighs du Maroc partagent cette dualité, qui reflète la diversité de leur nature et de leur histoire mouvementée. Au contact étroit des autres peuples de la Méditerranée, ils ont créé des royaumes mais aussi de vastes territoires organisés en communautés tribales puissantes, démocratiques et guerrières. Ces deux aspects de cette organisation sociopolitique ont marqué les événements historiques récents et l’histoire du pays qui s’étend sur plusieurs millénaires. Contrairement aux royaumes méditerranéens païens de l’Antiquité, les empires amazighs se sont développés à l’intérieur des terres et étaient musulmans. Le judaïsme a continué à être pratiqué et l’islam sunnite majoritaire a progressivement pris une teinte amazighe avec ses confréries, ses zaouïas, ses marabouts et ses rituels : soufisme et maraboutisme.

Les racines de la culture amazighe s’enfoncent profondément dans la protohistoire de l’Afrique du nord. Elles s’illustrent par un lien fort avec leur terre, un sens de la communauté, de l’hospitalité, du partage de la nourriture et une relation spécifique avec la spiritualité. Son ouverture à de nombreuses influences, qu’elles soient méditerranéennes, africaines, orientales, européennes ou internationales, a contribué à définir ses caractéristiques actuelles.

Alphabet officiel de l’amazigh marocain © IRCAM

La langue amazighe, un idiome afro-asiatique, est un creuset de l’histoire et de la culture du pays. Elle a survécu à la plupart des langues de l’Antiquité comme le grec ancien, le latin, le phénicien et l’égyptien. Elle était autrefois écrite, mais elle est aujourd’hui principalement orale, toutefois, depuis le début du troisième millénaire, elle est écrite de nouveau. Bien qu’il y ait moins de personnes qui la parlent aujourd’hui, cette langue est toujours utilisée par un nombre important de nord africains. Véritable symbole d’identité, la langue cristallise les revendications politiques et déchaîne les passions. La reconnaissance récente de l’amazighité du pays semble signifier une volonté de préserver la langue pour les générations futures, y compris son ancien alphabet appelé Tifinagh.

Idée fausse

L’Afrique du Nord est largement présentée comme faisant partie du « monde arabe », voire comme faisant partie du Moyen-Orient ou y étant associée, avec la malheureuse idée fausse que les Arabes sont originaires d’Afrique du Nord. Pourtant, il existe une nombreuse et importante population « non arabe » en Afrique du Nord : les véritables autochtones de la région, les Amazighs éternels.

Nous sommes appelés Amazigh, au pluriel Imazighen, un mot qui signifie « peuple libre et fier » dans la langue tamazight. Parmi les étrangers, le nom le plus courant – bien qu’incorrect – des Imazighen est le berbère, un terme qui est largement rejeté par les Imazighen en raison de ses connotations négatives. Il est lié au mot « barbare« .

Bien que certains puissent trouver des mots comme Amazigh et Tamazight difficiles à prononcer au début, il est bien préférable de lutter avec ces mots que d’utiliser un terme péjoratif qui équivaut à une insulte ethnique.

La terre indigène des Imazighen est une région appelée Tamazgha, qui englobe le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, la Mauritanie, les îles Canaries et certaines parties de l’Égypte, du Mali, et du Niger.

Bien que diverses sources affirment qu’il y a environ 30 millions d’Imazighen auto-identifiés, c’est une estimation incorrecte si l’on considère qu’au moins 60% de la population marocaine s’identifie comme amazighe, ce qui se traduit par un chiffre conservateur de 18 millions pour le seul Maroc. Au sein du groupe ethnique amazigh, il existe divers sous-groupes régionaux comme les Rifains, les Chleuhs, les Kabyles, les Soussis, les Chaouis et les Tamasheqs (également connus sous le nom de « Touareg »). En dehors de Tamazgha, il existe d’autres groupes indigènes en Afrique du Nord, comme les Nubiens, qui ont leurs propres luttes contre le colonialisme arabe.

Au 7ème siècle de notre ère, les armées arabes de la péninsule arabique ont commencé à envahir Tamazgha dans le cadre des conquêtes musulmanes, répandant la religion. Cependant, même après que la majorité des Imazighen se soient convertis à l’Islam, Tamazight est resté la lingua franca. Lors de la « ruée vers l’Afrique » aux 19ème et 20ème siècles, Tamazgha a été divisé et colonisé par la France, l’Espagne, l’Italie et la Grande-Bretagne. Bien que les Imazighen aient joué un rôle de premier plan dans la résistance au colonialisme européen et qu’ils aient joué un rôle clé dans les mouvements de libération anticoloniaux, des régimes nationalistes arabes sont néanmoins arrivés au pouvoir dans les États nord-africains qui ont suivi leur « indépendance ». Ce nationalisme arabe est né d’une vague d’idéologie panarabe, de mouvance baathiste, qui a servi à opprimer et à marginaliser d’autres groupes non arabes comme les Kurdes.

Les Imazighen ne sont pas seulement indigènes d’Afrique du Nord, mais ne se sont pas beaucoup « mélangés » avec les populations arabes. En fait, la grande majorité des Nord-Africains sont d’origine amazighe, avec peu de contributions génétiques arabes. Si les Nord-Africains peuvent prétendre qu’ils sont « métissés » ou qu’il n’y a pas de peuple amazigh « pur », la réalité est différente : les Imazighen ne sont pas arabes et ont leur propre culture et langue indigène pour laquelle ils ont été persécutés.

Même après la fin officielle du colonialisme européen, les Imazighen n’ont toujours pas obtenu leur indépendance de la domination arabe en Afrique du Nord. Outre le fait qu’ils sont divisés entre de nombreux États, ce qui affaiblit la résistance, les politiques d’arabisation post-indépendance ont imposé l’enseignement en langue arabe dans tous les États d’Afrique du Nord. Ces politiques linguistiques étaient censées « décoloniser » en remplaçant le français par l’arabe, une idée erronée si l’on considère que l’arabe n’est pas une langue indigène en Tamazgha. En réalité, les politiques d’arabisation ont servi à ancrer davantage le colonialisme arabe en Afrique du Nord en imposant une autre langue étrangère, l’arabe, tout en interdisant tamazight.

Qui et quoi sont les Amazighs ?

Les Amazighs, qui signifient « hommes libres et fiers », sont connus dans le monde entier sous le nom de Berbères. En fait, le mot « Berbères » est offensant pour ces anciens habitants de l’Afrique du Nord et du désert du Sahara. Le nom « Berbère » est une autre des nombreuses peccadilles des Romains qui lançaient des noms sur les gens à gauche et à droite. Avec les Grecs, ils se référaient à tous les peuples qu’ils ne pouvaient pas comprendre avec la même langue berbère inintelligible, qu’ils soient en Orient ou en Occident. La majorité des Maures de l’Espagne « arabe » médiévale étaient en fait des Amazighs, qui avaient adopté la culture musulmane arabe et l’arabe comme langue écrite.

Aujourd’hui encore, les Amazighs sont ethniquement – mais loin d’être politiquement – la partie dominante des populations du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de la Mauritanie. On trouve des groupes isolés de langue amazighe dans toute l’Afrique du Nord, de l’Atlantique à l’ouest à l’Égypte à l’est. Une tribu nomade amzighe colorée, les Touaregs, dont les guerriers mâles portent des robes bleues et des voiles de couleur indigo, erre toujours dans le désert du Sahara.

Musulman oui, Arabe non

On peut être surpris d’apprendre que les pays musulmans d’Afrique du Nord, le Maroc et l’Algérie, ne sont pas du tout des nations arabes au sens ethnique du terme, mais des nations amazighes, parlant une langue complètement différente de l’arabe. Politiquement, la minorité arabe a dominé ces pays pendant des siècles et a tenté – sans grand succès, cependant – d’éradiquer la langue Tamazight. Cela vaut également pour les dirigeants actuels du Maroc et de l’Algérie indépendants, qui ont jusqu’à présent essayé d’établir une identité arabe pour leur pays. Ces dernières années, l’Afrique du Nord/Tamazgha – Maroc, Algérie, Tunisie et Libye – ont connu un réveil de la conscience amazighe. Les protestations amazighes ont eu beaucoup de succès et ont au moins conduit à l’introduction d’un enseignement formel de Tamazight dans certaines écoles et universités marocaines et algériennes. Le fort désir des Amazighs d’établir une identité culturelle propre semble s’accélérer avec le temps qui passe.

Sang et perception

En termes de « sang », les Amazighs représentent probablement jusqu’à 80 % de la population au Maroc et en Algérie, plus de 60 % en Tunisie et en Libye et 2 % en Égypte, soit au total quelque 50 millions de personnes. Un véritable recensement des Amazighs n’a jamais été effectué et les chiffres ci-dessus sont incertains. Des siècles d' »arabisation » culturelle ont persuadé de nombreux Amazighs, en particulier dans les villes, d’adopter la langue arabe. Le nombre de personnes se percevant comme Amazighs est donc beaucoup plus faible, environ la moitié du chiffre donné ci-dessus. Cependant, l’afflux de « vrais » Arabes d’Orient dans Tamazgha, en relation avec la conquête musulmane au 8ème siècle, est estimé à 200 000 seulement.

Tamazgha

Il est donc fort probable que la population de l’Afrique du Nord/Tamazgha – Maroc, Algérie, Tunisie et Libye – soit en fait constituée d’Amazighs de souche. Quelque 4 millions d’Africains du Nord/Tamazgha – Maroc, Algérie, Tunisie et Libye -, dont la moitié se perçoivent comme Amazighs, vivent aujourd’hui en Europe, principalement en France.

Histoire des Amazighs du Maroc

Croyez-le ou non, l’histoire berbère remonte à la préhistoire. En fait, le Maroc abrite le plus ancien Homo Sapiens jamais découvert – près de 300 000 ans ! Cela signifie que les peuples indigènes du Maroc sont ici depuis très, très longtemps. Plus longtemps que tout autre groupe de personnes connu dans le monde. Une grande partie de ce que nous savons sur le tout premier peuple du Maroc provient des archives archéologiques. En ce qui concerne les Amazighs eux-mêmes, eh bien, une grande partie de cette histoire est orale.

Il y a des milliers d’années, les Amazighs ont régné sur toute l’Afrique du Nord, en grande partie par le biais de différentes tribus. Ils sillonnaient le Sahara et tout le bassin sud de la Méditerranée pour le commerce et les voyages. Au fil des siècles, ils ont reçu de nombreux noms : Les Grecs anciens les appelaient « Libyens », les Romains les appelaient « Numbiens » et « Africains », tandis qu’une grande partie de l’Europe médiévale appelait cet ensemble de tribus d’Afrique du Nord « Maures ». En fait, ce sont les Arabes qui ont inventé le nom berbère : Al-Barbar. Il s’agissait probablement d’une réadaptation du terme grec ancien de « barbar ». Cependant, certains pensent, comme l’a écrit l’érudit Ibn Khaldoun, qu’il pourrait y avoir eu une personne ancienne du nom de « Barbar« , dans certains textes, une mère nommée « Barbara« , qui a donné le nom aux tribus, peut-être autour de la Somalie.

Lorsque Moulay Idriss, le fondateur du Maroc moderne, a fui la dynastie des Abassides, il a apporté l’Islam avec lui, convertissant pacifiquement la tribu des Awraba et établissant la dynastie des Idrissides. Avant cela, la plupart des Amazighs de toute l’Afrique du Nord étaient animistes, chrétiens ou juifs. L’islam s’est rapidement répandu dans la région, bien que quelque peu différent de ce qui était pratiqué au Moyen-Orient. Deux des plus grandes dynasties historiques marocaines, les Almoravides et les Almohades, étaient des dynasties amazighes islamiques qui ont régné sur de grandes parties de l’Espagne et de l’Afrique du Nord-Ouest.

Au fil des ans, les Amazighs ont combattu, commercé, négocié et accueilli les Phéniciens, les Carthaginois, les Romains, les Arabes, les Espagnols et les Français. Même si les Romains et d’autres ont essayé de coloniser le peuple amazigh, ils ont réussi à préserver leur propre langue et culture et en réalité n’ont jamais été conquis !

Les colonies phéniciennes en Afrique du Nord ont commencé par une présence pacifique et commerciale parmi les premiers habitants amazighs de la région. Ces colonies, bien qu’habitées au départ par des Phéniciens de la Méditerranée orientale, sont devenues un mélange des deux peuples en se mariant avec l’Amazigh local. On attribue aux Amazighs, ainsi qu’aux Phéniciens puniques, qui ont survécu à l’asservissement romain de la région, la préservation de la langue phénicienne jusqu’à l’époque de Saint Augustin au 5ème siècle. De plus, des traces de l’alphabet phénicien sont évidentes dans l’alphabet tamazight : Tifinagh.

La présence des Amazighs en Afrique du Nord aujourd’hui est la preuve vivante que le « monde arabe » n’est pas constitué de 325 millions d’Arabes. En fait, le panarabisme est une hérésie infondée imposée aux peuples conquis et subjugués à partir de l’avènement de la conquête arabe au 7ème siècle. Les Amazighs, tout comme l’écrasante majorité des habitants de ce « monde » (arabe), appartiennent à une grande variété de groupes ethniques différents par le sang, les traditions, la langue, la littérature, l’art et l’histoire, et ne doivent pas être considérés comme un seul et même peuple.

Renaissance amazighe

Aujourd’hui, la plupart des trente-six millions de Marocains sont probablement un mélange d’Amazighs et d’Arabes. Vous verrez des autocollants « Berber Pride« , des graffitis, des tee-shirts et des chapeaux un peu partout. Ces dernières années, on a assisté à une résurgence de l’extrême fierté de nombreux Marocains pour leur ethnie et leur patrimoine. En fait, en 2014, l’État a levé l’interdiction des noms amazighs, embrassant ainsi ce type de fierté au niveau de l’État.

Dans l’histoire récente, on pensait que le pays était grossièrement divisé, les Amazighs vivant en grande partie dans les chaînes de montagnes du Haut Atlas, du Moyen Atlas et du Rif du Maroc tandis que les Arabes détenaient les villes et les vallées, bien que cette division soit moins évidente de nos jours. Pourtant, les Marocains vivant dans les montagnes s’identifient généralement davantage comme étant « Amazighs » alors que dans les villes, les identités sont plus fluides.

Dans certaines régions, l’Occident a faussement caractérisé les Amazighs comme étant en grande partie nomades, utilisant des chameaux pour traverser le désert du Sahara. Bien que cela ait été vrai pour un sous-ensemble de tribus, il s’agit d’une sorte de stéréotype qui s’est répandu dans tout le monde. Il faut dire que les Amazighs ont depuis longtemps une influence notoire sur le commerce en établissant des routes commerciales entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique subsaharienne. Ils transportaient des marchandises depuis l’extérieur du désert du Sahara jusqu’aux villes du nord du Maroc, notamment Sefrou, Fès et Marrakech. Les routes du désert ont été accomplies par le nerf, la connaissance et le dromadaire, bien sûr. Cependant, au Maroc, la plupart des Amazighs étaient des agriculteurs vivant dans les montagnes et les vallées. D’autres encore étaient des commerçants et des boutiquiers. Les marchands étaient considérés comme une classe supérieure aux fermiers, mais au fil des ans, les rôles se sont surtout inversés.

Marriage amazigh collectif

Conclusion

Aujourd’hui, grâce à leur combat continu contre le mépris, le déni et l’oubli, les Amazighs retrouvent leur fierté d’antan, leur culture millénaire, leur histoire de résistance, leur convivialité proverbiale et leurs arts expressifs et grandioses qui forment tous le substrat ancestral de la personnalité marocaine et la grandeur de ce pays. Vive Tamaghrabit et vive le Maroc.

Références :

  • Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, par Élisée Reclus, vol. 12, éditions Hachette, 1887. (P. 4).
  • Revue des deux Mondes, v.107, 1873. (P. 140).
  • Mélanges d’histoire et de voyages, par Ernest Renan, éditions Calmann Lévy, 1890. (P. 322).
  • Tombouctou la mystérieuse, par Félix Dubois, éditions Flammarion, 1897. (P. 253).
  • The New Encyclopaedia Britannica, vol. 30, 1974. (P. 155).
  • North West Africa: a political and economic survey, par Wilfrid Knapp, 1977. (P. 15).
  • Linguistique berbère : études de syntaxe et de diachronie, par Salem Chaker, éditions Peeters. 1995. (P. 7, 30, 135, 269).
  • L’identité berbère : de la frustration berbère à la violence : la revendication en Kabylie, par Dalila Arezki, éditions Séguier, 2004. (P. 104).
  • Encyclopédie berbère, par Gabriel Camps et Salem Chaker, 27 volumes, éditions Edisud, 1984-2005.

Bibliographie :

  • Baker, Cynthia J. 2006. Amazigh Arts in Morocco: Women Shaping Berber Identity. University of Texas Press.
  • Barbatti, Bruno. Berber Carpets of Morocco. 2009. The Symbols: Origin and Meaning. www.acr-edition.com, Mar 15, 2009.
  • Boele, Vincent. 2005. Morocco: 5000 Years of Culture. Kit Publishers.
  • Chijioke Njoka, Raphael. 2006. Culture and Customs of Morocco. Greenwood Publishing Group.
  • Furneaux, Rupert. 1967.  Abdel Krim, Emir of the Rif. London.
  • Gellner, E. 1969.  Saints of the Atlas. Weidenfeld & Nicolson.
  • Gellner, Ernest & Charles Micaud (Eds.) 1973.  Arabs and Berbers: From Tribe to Nation in North Africa. Lexington, Mass., and London.
  • Hoffman, K. 2009. We Share Walls: Language, Land, and Gender in Berber Morocco. Blackwell Studies in discourse & culture.
  • Hoffman, Katherine & E. Susan Gilson Miller. 2010. Berbers and Others: Beyond Tribe and Nation in the Maghrib. Indiana University Press.
  • Montagne, Robert.  1973.  The Berbers : Their Social and Political Organization. London
  • N-Ayt Attiq, M. & R. Euloge. 2008. Tassawt Voices.  Ifrane: AUI Press.
  • Peyron, M. 2006. The Amazigh Studies Reader. Ifrane: AUI Press, (henceforth ASR).
  • Peyron, M. (ed.). 2010. Berber Odes from the Atlas Mountains. Poetry of Place Series. London. UK : Eland Books.
  • Shatzmiller, Maya.  2000. The Berbers and the Islamic State : The Marīnid Experience in Pre-Protectorate Morocco. Markus Wiener Publishers.
  • Sheean, Vincent. 1926.  An American Among the Riffi. New York.
  • Waterbury, John. 1970.  The Commander of the Faithful: The Moroccan Political Elite – A Study in Segmented Politics. New York.
  • Westermarck, Edward. 1926.  Ritual and Belief in Morocco. London. Can be downloaded from the Internet.

Dr. Mohamed Chtatou

Professeur universitaire et analyste politique international

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments