Exclusion de la langue amazighe de la CNIE après le vote unanime de la commission de l’intérieur


Malgré la grande polémique soulevée au Maroc par le projet de loi 04.20 relatif à la carte d’identité nationale électronique (CNIE), à cause de l’exclusion de la langue amazighe, la commission de l’intérieur a approuvé hier à l’unanimité cette proposition de loi, en violation apparente de la constitution marocaine.

Cette décision inconstitutionnelle vient après le dépôt de dizaines de demandes et de dénonciations d’associations et d’activistes amazighs critiquant l’exclusion de la langue amazighe, officielle depuis 2011 au Maroc, et de ses lettres tifinaghs du projet de loi mentionné.

Lors de sa présentation devant la commission de l’intérieur, le projet avait suscité beaucoup de controverse et de colère. Plusieurs parlementaires ont estimé que la question de l’identité revêt un caractère identitaire national dont les composantes définies par la constitution sont les deux langues arabe et amazighe d’autant plus que l’article 21 de la loi organique sur l’officialisation de l’amazighe stipule que la carte d’identité nationale doit comporter, en plus de l’Arabe, la langue Amazighe.


0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments