L’AMA demande de résoudre le problème de blocage des citoyens marocains aux frontières de Ceuta et Melilla


L’Assemblée Mondiale Amazighe vient d’envoyer une correspondance au Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Marocains résidant à l’étranger du Royaume du Maroc, à l’ambassadeur d’Espagne à Rabat et au délégué du gouvernement de la ville de Melilla leur demandant des solutions urgentes pour faciliter le transit des citoyens marocains bloqués aux frontières de Beni Enzar et de Ceuta et le respect des droits des travailleurs frontaliers. Voici le contenu de la correspondance au ministre marocain:

Son Excellence M. Nasser BOURITA,

Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Marocains résidant à l’étranger du Royaume du Maroc,

Objet : demande de résoudre le problème de blocage des citoyens marocains aux  frontières  de Ceuta et Melilla

Monsieur le Ministre,

Nous savons que cette pandémie grave et disproportionnée de coronavirus Covid-19 à déstabiliser tous les peuples et gouvernements de notre planète Terre, et qui continue de faire des ravages et des nombreuses  victimes  mortels dans le monde et en Europe, et des mesures ont été prises à la hâte, des mesures désordonnées et inattendues, voire injustes et inhumaines !

Et l’une de ces décisions prises par votre gouvernement est le blocage des citoyens marocains aux frontières de Ceuta et Melilla, ainsi que le blocus des travailleurs frontaliers, il y a exactement un mois. Imaginez-vous ce que cela signifie pour nos compatriotes d’être abandonnés et empilés dans des tentes malsaines, soumis au froid de la nuit et aux intempéries, sans nourriture ni couvertures! Une véritable tragédie humaine et un réel danger qui les condamne à être infectés par ce cruel coronavirus!

Je vous prie de bien vouloir faire tout votre possible et en toute urgence pour résoudre ce grand problème humanitaire afin de débloquer cette situation désespérée.

Je vous rappelle que le Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Gutiérrez, ne cesse de répéter que face aux mesures prises contre la propagation de Covid-19, les droits de l’homme ne doivent pas du tout être violés.

Et l’un de ces droits est celui des travailleurs frontaliers qu’il faut garantir en concertation avec les autorités espagnoles, du fait que le Royaume du Maroc a signé un traité d’amitié, de bonne voisinage et de coopération avec le Royaume d’Espagne, le 4 juillet 1991 où il est stipulé: « Les Hautes Parties contractantes respectent les droits de l’homme et les libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion. En ce sens, ils favoriseront et encourageront l’exercice effectif des droits et libertés civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et autres droits et libertés, qui découlent tous de la dignité inhérente à la personne humaine et sont essentiels à leur libre et plein développement. Dans ce domaine, les deux Parties agiront conformément à leur législation interne respective, aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ils respecteront également leurs obligations telles que définies dans les accords et déclarations internationaux pertinents dans ce domaine, y compris, entre autres, les Pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme, par lesquels ils peuvent être liés ».

En vous félicitant d’avoir trouvé une issue avec les autorités belges en ce qui concerne le blocage des citoyens belgo-marocains, et dans l’attente d’une réponse favorable de votre part, recevez nos salutations les plus distinguées.

Signé: Rachid RAHA MIMOUN,

Président de l’Assemblée mondiale amazighe (AMA)


0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments