Archéologie – Découverte des plus anciennes preuves de vêtements au monde, dans une grotte marocaine


Après la découverte du plus ancien Homo sapiens datant de 315 000 ans en terre amazighe dans le nord-ouest du Maroc, qui a bouleversé l’histoire et qui a fait reculer les origines de notre espèce de 100 000 ans, une nouvelle découverte d’un site de production de cuir et de fourrure vieux de 120 000 ans à Témara vient de prouver que nos lointains ancêtres amazighs seraient les premiers à avoir fabriqué des vêtements dans l’histoire de l’Homme.

Un outil en os de la grotte des Contrebandiers, vraisemblablement utilisé pour confectionner des vêtements en peau de prédateur. Jacopo Niccolò Cerasoni

En effet, des scientifiques de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine en Allemagne ont découvert, dans une grotte sur la plage Contrebandiers à Témara, des traces de premiers vêtements fabriqués par l’Homme. Ces derniers remontent à 120.000 ans, révèle l’étude publiée dans la revue iScience et “semblent être la plus ancienne preuve connue de vêtements dans les archives archéologiques”.

Emily Hallett, de l’Institut allemande, n’a pas cherché à savoir où et quand les humains ont commencé à porter des vêtements, qui se décomposent et disparaissent après quelques milliers d’années tout au plus. Initialement intéressée par l’alimentation, elle examinait des ossements pour voir quels animaux les humains du Pléistocène mangeaient et comment ils les dépeçaient, dans la grotte des Contrebandiers sur la côte atlantique du Maroc.

Mais Hallett a trouvé des os auxquels elle ne s’attendait pas : des dizaines d’outils soigneusement façonnés, lissés et polis pour en faire des outils idéaux pour gratter les peaux pour en faire du cuir et pour gratter les peaux pour produire des fourrures. “Ils ressemblent aux outils que les gens utilisent encore aujourd’hui pour traiter les peaux pour le cuir et la fourrure”, dit Hallett, notant que des outils similaires ont également été trouvés associés aux mêmes tâches dans des sites archéologiques beaucoup plus jeunes. Hallett, qui a co-écrit une étude sur les résultats dans le numéro du 16 septembre de la revue iScience, a travaillé avec une équipe qui comprenait feu Harold Dibble, un archéologue influent de l’Université de Pennsylvanie.

Les scientifiques cités dans l’étude ont fait savoir, jeudi, que des artefacts ont été découverts dans une grotte sur la plage Contrebandier. Ils remontent à 120.000 ans et indiquent que les humains fabriquaient des outils spéciaux à base d’os puis les utilisaient pour transformer des peaux animales en fourrure et en cuir. “Notre espèce, Homo sapiens, est apparue pour la première fois il y a plus de 315.000 ans en Afrique au Maroc, puis s’est propagée dans le monde entier. L’avènement du vêtement a été une étape importante pour l’humanité, reflétant l’évolution culturelle et cognitive”, fait savoir l’étude.

Les scientifiques ont trouvé 62 outils fabriqués à partir d’os d’animaux et ont également identifié un motif de marques de coupe sur les os de trois petites espèces de carnivores – un renard, un chacal et un chat sauvage – indiquant qu’ils avaient été écorchés pour leur fourrure, et non pour leur viande. Les os d’antilopes et de bovins sauvages suggèrent que les peaux de ces animaux peuvent avoir été utilisées pour fabriquer du cuir, tandis que la viande était consommée.

“Nous supposons que les vêtements faisaient partie intégrante de l’expansion de notre espèce dans des habitats froids”, a déclaré l’archéologue évolutionniste Emily Hallett de l’Institut Max Planck, auteure principal de l’étude publiée dans la revue iScience.

Les outils trouvés dans la grotte datent d’une période où des preuves de parures personnelles et d’autres signes d’expression symbolique humaine commencent à apparaitre sur divers sites archéologiques. La fourrure, le cuir et d’autres vêtements organiques sont hautement périssables au fil du temps, et donc aucun vêtement préhistorique n’a été trouvé dans la grotte. L’étude estime que l’invention des vêtements à base d’animaux correspond également à l’apparition d’ornements personnels, comme des perles de coquillages, qui suggèrent que les vêtements préhistoriques, comme les styles d’aujourd’hui, auraient pu être une question de style ainsi que de fonctionnalité.

Jusqu’à présent, les preuves les plus anciennes de vêtements chez l’Homo sapiens étaient des aiguilles en os datant d’environ 45.000 à 40.000 ans de Sibérie.


0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments